Décapitation de Peter Kassig: François Hollande parle de "crime contre l'humanité"

Décapitation de Peter Kassig: François Hollande parle de "crime contre l'humanité"

Publié le :

Dimanche 16 Novembre 2014 - 16:12

Mise à jour :

Dimanche 16 Novembre 2014 - 16:27
En déplacement à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) dans le cadre de sa tournée aux antipodes, François Hollande a fermement condamné dimanche l'assassinat de Peter Kassig, otage américain de Daech en Syrie.
©Capture d'écran
PARTAGER :
-A +A

"Actes barbares", "crime contre l'humanité", François Hollande a eu des mots forts pour condamner la décapitation de l'otage américain Peter Kassig, revendiquée ce dimanche par le groupe terroriste Daech. En déplacement en Nouvelle-Calédonie, le président de la République a bien sûr condamné "l'assassinat d'un  jeune humanitaire qui se dévouait pour ce pays (la Syrie, NDLR) depuis 2013", ainsi que ceux des 18 soldats syriens mis en scène dans la même vidéo. Pour le chef de l'Etat, Daech ne veut que "conquérir des territoires et asservir une population".

"Ce sont des crimes contre l'humanité, ce sont des actes barbares et c'est pourquoi la France ne peut pas rester indifférente, elle est solidaire", a poursuivi François Hollande dans une allocution vidéo diffusée par l'Elysée, rappelant au passage qu'un Français, Hervé Gourdel, avait été également été victime des terroristes islamistes, en septembre dernier en Algérie.

Dans un registre plus guerrier, François Hollande a tenu à rappeler que "la France est dans une coalition, qu'elle fait en sorte d'attaquer le groupe terroriste Daech, et de permettre aux autorités irakiennes de retrouver la souveraineté de leur territoire". La France continue de participer aux frappes contre Daech en Irak mais se refuse pour l'instant à intervenir en Syrie.

Le président a conclu en utilisant à nouveaux ces mots de "barbares qui commettent des crimes contre l'humanité".

Pour l'instant la mort de Peter Kassig, ancien militaire reconverti dans l'humanitaire, n'a pas été officiellement confirmée. Le jeune homme de 26 ans avait été capturé en Syrie en octobre 2013. Le groupe islamiste dit l'avoir exécuté en raison de la présence en Irak de conseillers militaires américains.

(Voir ci-dessous l'allocution du président de la République):

 

 

François Hollande a réagi à l'annonce du meurtre d'un otage américain et de 18 Syriens.


Commentaires

-