Dès le 1er janvier, les Néerlandais prendront les rênes du Conseil de l’Union européenne

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Dès le 1er janvier, les Néerlandais prendront les rênes du Conseil de l’Union européenne

Publié le 23/12/2015 à 15:50 - Mise à jour le 29/12/2015 à 10:21
©Remko de Waal/ANP/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les Pays-Bas prendront la présidence du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier 2016. Le Premier minsitre Mark Rutte a dressé les différentes garanties qu’il souhaitait obtenir en matière de politiques migratoires européennes: un contrôle effectif des frontières extérieures, une répartition équitable des réfugiés entre les différents Etats-membres et la création de centres d’enregistrement des migrants ("hotspots ") en Grèce et en Italie.

Après l’Italie, la Lettonie et le Luxembourg, c’est au tour d’un nouveau trio de présider le Conseil de l’Union européenne. Dès le 1er janvier 2016, les Pays-Bas entameront le tour des présidences. Ils seront suivis par la Slovaquie de juillet à décembre 2016 et par Malte de janvier à juin 2017.

A ne pas confondre avec le Conseil de l’Europe qui défend les droits de l’homme, la démocratie et l’Etat de droit, le Conseil de l’Union européenne est l’organe décisionnel essentiel de l’Union européenne en ce qu’il négocie et adopte les législations avec le Parlement européen. Véritable lien entre les Etats-membres, il coordonne leurs politiques. Il est aussi doté d’une dimension extérieure en établissant la politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne. Autre de ses attributions, et non des moindres, il adopte le budget.

Sa particularité en termes de gouvernance? Sa présidence dite tournante. C’est-à-dire, afin de donner plus de cohérence à cet organe, qu’un Etat-membre prend la tête de l’institution pendant six mois avant de laisser la place à un nouveau pays. Toutefois, comme il est difficile d’établir un programme cohérent basé sur une période aussi courte, le système des présidences tournantes fonctionne en trio: un programme commun est donc élaboré pour un an et six mois.

A la différence de la présidence luxembourgeoise qui avait présenté un plan d’action sous la forme de "10 priorités", le nouveau semestre néerlandais propose une approche de type gestion de crises.

> La crise migratoire

Au cours de la conférence de presse du 25 novembre 2015, le Premier ministre néerlandais, le libéral Mark Rutte, a dressé les différentes garanties qu’il souhaitait obtenir en matière de politiques migratoires européennes: un contrôle effectif des frontières extérieures, une répartition équitable des réfugiés entre les différents Etats-membres et  la création de centres d’enregistrement des migrants ("hotspots ") en Grèce et en Italie. Il a aussi mentionné sa volonté "d’arrêter le flux des migrants". Cette volonté, pour la future présidence du Conseil de l’Union européenne, s’accompagne néanmoins de la consécration du pacte de stabilité et de croissance entre les Etats-membres et non celui de la sécurité.

> La crise financière

A ce sujet, le Premier ministre néerlandais s’est prononcé pour plus de rigueur que ses prédécesseurs, en refusant un nouvel assouplissement des règles budgétaires. Afin d’assurer une réelle compétitivité européenne, M. Rutte souhaite d’importantes réformes. Les Pays-Bas se positionnent pour une stabilité et une sécurité européenne. Prospères économiquement, ils souhaitent, en effet, contribuer à "un retour à des finances saines et une zone euro solide", en donnant priorité notamment à la création d’emplois et à l’innovation dans l’économie.

> La crise du "Brexit"

Toujours dans une optique d’assainissement financier et de compétitivité économique, le Premier ministre néerlandais a déclaré qu’il était vital  pour l’avenir de l’Union européenne de garder la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne. Pour M. Rutte, "dans les demandes formulées par David Cameron (le Premier ministre britannique), certaines sont réalisables rapidement, d’autres prendront du temps". C’est pourquoi il est primordial de rappeler à la Grande-Bretagne la plus-value de son appartenance et de sa participation au projet européen. 

C’est donc pour une réelle solidarité et stabilité européenne que se positionne la future présidence du Conseil de l’Union européenne. Pour ce faire, le Premier ministre néerlandais appelle à "une combinaison optimale entre une coopération européenne forte et la liberté maximale, pour les États, de mener leurs propres politiques".

Pour plus d’informations sur le programme de la présidence néerlandaise, n’hésitez pas à vous diriger vers le site web construit pour l’occasion. 

 

(Avec la contribution de la Maison de l’Europe de Paris):

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les Pays-Bas prendront la présidence du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier 2016.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-