Dès son premier jour, Theresa May veut "relever le défi" du Brexit

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Dès son premier jour, Theresa May veut "relever le défi" du Brexit

Publié le 14/07/2016 à 11:45
©Leon Neal/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La nouvelle chef du gouvernement britannique Theresa May a déjà fort à faire, notamment pour gérer un Brexit en douceur pour son pays, face à des partenaires européens qui mettent la pression pour que les choses aillent au plus vite.

Theresa May entamait jeudi son premier jour aux commandes du 10, Downing Street sous la pression des dirigeants européens qui réclament un Brexit rapide, tandis que la Banque d'Angleterre pourrait assouplir sa politique monétaire face au risque de détérioration des perspectives économiques.

Investie Première ministre mercredi moins de trois semaines après le vote britannique en faveur d'une sortie de l'UE, la conservatrice de 59 ans s'est engagée à "relever le défi" du Brexit tout en promettant "la justice sociale" pour les Britanniques.

Jeudi matin, le nouveau ministre des Finances, Philip Hammond, a semblé donner corps à cette promesse en assurant dans les médias britanniques qu'il n'y aurait pas de budget d'urgence pour le Brexit, et donc pas de nouvel accès d'austérité.

M. Hammond, qui a troqué le portefeuille des Affaires étrangères contre celui des Finances, a renvoyé les nouvelles annonces budgétaires à la "déclaration d'automne", une déclaration de budget rectificatif habituellement présentée fin novembre ou début décembre.

M. Hammond a ajouté qu'il allait "voir le gouverneur de la Banque d'Angleterre (jeudi) matin pour évaluer la situation".

La banque centrale rendra à la mi-journée une décision de politique monétaire très attendue, sa première depuis la victoire du Brexit au référendum. Les analystes s'attendent à ce que le gouverneur Mark Carney et les autres membres du comité de politique monétaire de l'institution décident d'assouplir la politique monétaire pour doper l'économie face aux risques liés au Brexit.

Cette perspective encourageait les Bourses européennes, qui ont ouvert en hausse jeudi matin.

Theresa May, qui a succédé à David Cameron, devait boucler jeudi son cabinet, après avoir présenté la veille ses principaux ministres.

Signe de l'immense tâche qui attend son gouvernement, Mme May a créé un ministère entièrement dédié au Brexit dont David Davis, un ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, aura la charge.

Le principal meneur des pro-Brexit pendant la campagne pour le référendum, Boris Johnson, dont beaucoup pensaient sa carrière enterrée après qu'il ait renoncé à briguer le poste de Premier ministre, obtient les clés du Foreign Office.

Son entrée au gouvernement faisait jeudi la Une de la presse britannique, divisée. "Boris rebondit !", lançait le Daily Mail, quand le Daily Mirror, qui affichait en Une une célèbre photo de l'ex-maire de Londres coincé sur une tyrolienne, se désolait en ces termes: "Cher monde... Pardon".

A peine investie, Theresa May, la première femme à diriger le gouvernement britannique depuis Margaret Thatcher, a été soumise à la pression de dirigeants européens pour mettre en oeuvre le Brexit.

"J'ai hâte de travailler étroitement avec vous et d'apprendre vos intentions à ce sujet", a réagi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à peine la nomination de Mme May officielle.

Le président français François Hollande a réitéré son souhait de voir les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE être "engagées le plus rapidement possible", lors d'un entretien téléphonique avec Mme May.

La chancelière allemande Angela Merkel a également appelé Mme May, un entretien lors duquel les deux dirigeantes ont souligné la nécessité de poursuivre "des relations amicales éprouvées" entre leurs deux pays.

Un "sommet ou une rencontre" sur les suites du Brexit entre le président français, la chancelière allemande et le président du Conseil italien Matteo Renzi se tiendra fin août en Italie.

La 54e Première ministre du pays est une eurosceptique qui avait rejoint le camp du maintien dans l'UE pendant la campagne référendaire. Elle n'a pas dévoilé son calendrier lors de sa première allocution dans ses nouvelles fonctions.

Elle avait prévenu auparavant qu'elle ne comptait pas activer l'article 50 du Traité de Lisbonne-qui lance le processus de sortie de l'UE-avant la fin de l'année.

Lors de sa dernière séance de questions devant le Parlement, son prédécesseur David Cameron l'avait invitée à ne pas complètement tourner le dos aux 27 autres membres de l'Union.

Dans un éditorial intitulé "Nouveau Premier ministre, mêmes problèmes", le quotidien The Guardian résumait jeudi les défis qui attendent Mme May: "Pas d'argent, pas de franche majorité et une grosse migraine: l'Europe".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


A peine arrivée, Theresa May est déjà sous la pression des pays de l'Union européenne.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-