Alexis Tsipras et son ministre des Finances cherchent des soutiens en Europe

Alexis Tsipras et son ministre des Finances cherchent des soutiens en Europe

Publié le :

Dimanche 01 Février 2015 - 10:28

Mise à jour :

Lundi 02 Février 2015 - 13:50
©Alkis Konstantinidis/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Paris, Rome, Londres… Alexis Tsipras et son ministre des Finances Yanis Varoufakis entament ce dimanche une série de déplacements en Europe pour tenter de constituer un front anti-austérité afin de contraindre l'Allemagne à infléchir sa position.

Il s'agit d'évaluer les rapports de force. Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras et son ministre des Finances Yanis Varoufakis entament ce dimanche une série de voyages officiels en Europe. Objectif: compter leurs alliés potentiels en vue d'un bras de fer avec l'Allemagne sur la renégociation, voire l'effacement partiel, de la dette de leur pays.

Arrivé à Paris samedi 31 (pour un déplacement initialement prévu lundi 2), le ministre des Finances Yanis Varoufakis va notamment rencontrer ce dimanche son homologue Michel Sapin, qui a déjà annoncé sa volonté de jouer les "traits d'union" entre la Grèce et l'Allemagne. Un rôle qui semble avoir déjà été entamé par François Hollande lui-même, qui a dîné avec Angela Merkel vendredi 30. Le président français recevra également à l'Elysée Alexis Tsipras mercredi 4, à son invitation.

Et ce n'est pas tout, car les deux dirigeants grecs vont multiplier les déplacements cette semaine. Yanis Varoufakis sera ainsi à Londres lundi, pour rencontrer le ministre des Finances George Osborne, puis à Rome mardi, pour une entrevue avec son homologue italien Pier-Carlo Padoan.

Le Premier ministre Alexis Tsipras n'est pas en reste. Arrivé à Chypre ce dimanche, il passera ensuite par la capitale italienne mardi avant d'être reçu mercredi par François Hollande. Au-delà de l'alliance déjà formelle entre Syriza et son pendant espagnol Podemos, un front commun avec la France et l'Italie pourrait ainsi se constituer.

En attendant, Alexis Tsipras prend garde à ménager la chancelière allemande Angela Merkel, soutenue notamment par le Portugal, qui est farouchement opposée à une renégociation de la dette grecque. Après avoir eu des mots très durs contre le pays tenant de la ligne de l'austérité et la Troïka (BCE-FMI-Conseil européen), le nouveau Premier ministre réclame désormais "du temps pour respirer" et assure "ne pas chercher le conflit". Pour le moment?

 

Alexis Tsipras sera reçu par François Hollande mercredi 4 février.


Commentaires

-