Dette grecque: négociations tendues entre Alexis Tsipras et l'Europe

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Dette grecque: négociations tendues entre Alexis Tsipras et l'Europe

Publié le 09/02/2015 à 17:19 - Mise à jour à 19:14
©Alkis Konstantinidis/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Pris entre ses engagements anti-austérité envers ses électeurs et l'Union européenne qui le somme de trouver un moyen de rembourser la dette grecque, Alexis Tsipras amorce une semaine de négociations décisives.

Athènes est de plus en plus sous pression à mesure que s'approche plusieurs échéances concernant la dette grecque. Ce lundi déjà, les ministres du G20 se sont retrouvés à Istanbul (Turquie) et bien que la question grecque ne soit pas à l'ordre du jour, nul doute qu'elle a été largement discutée.

Mardi 10, le gouvernement d'Alexis Tsipras soumettra son programme à un vote de confiance du parlement grec. La réunion de  l'Eurogroupe, les ministres des Finances de la zone euro, se tiendra le lendemain. Jeudi 12 enfin, Alexis Tsipras devrait participer au Conseil européen rassemblant les chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union européenne.

Elu sur un programme anti-austérité, le gouvernement grec doit maintenant convaincre les dirigeants et les instances européennes d'accepter son projet économique et une renégociation du remboursement de la dette. S'il s'est trouvé un allié ou du moins un arbitre en la personne de François Hollande, il doit encore faire face aux réticences de l'Allemagne, l'Espagne, ou le Portugal. Pour ces pays, le gouvernement grec doit honorer les engagements rigoristes de ses prédécesseurs envers l'Europe.

Le temps presse d'autant plus que le programme de soutien de la Grèce par le FMI et la zone euro mis en place  en 2010 se termine le 28 février prochain. Le 4 février dernier la Banque centrale européenne avait déjà décidé de cesser de financer les banques du pays contre des titres de l'Etat grec. Le gouvernement Tsipras a par ailleurs annoncé refuser plus de 7 milliards d'euros d'aides supplémentaires.

La Grèce refuse de vivre sous perfusion européenne, ce qui impliquerait de devoir suivre la politique imposée par Bruxelles mais compte bien récupérer ce que l'Europe lui doit selon son Premier ministre.

Le pays a en effet désespérément besoin de liquidité.  Alexis Tsipras devrait donc réitérer mercredi 11 et jeudi 12 la proposition qu'il a défendue lors de sa récente tournée européenne. A savoir une rallonge de 1,9 milliards d'euros correspondant aux profits réalisés par la BCE grâce aux obligations grecques qu'elle détient depuis 2010.

Pour remplir les caisses, le Premier ministre a même demandé à Berlin de lui verser les indemnités de guerre effacées par la Grèce après la Seconde Guerre mondiale. Un montant de 162 milliards d'euros qui représente près de la moitié de la dette grecque. Mais le ministre de l'Economie allemand a d'ores et déjà écarté cette proposition. Pas de quoi réchauffer les relations entre Athènes et Berlin.

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Alexis Tsipras doit concilier son plan anti-austérité et les attentes de l'Union européenne.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-