Diplomatie: le Premier ministre japonais Shinzô Abe rencontre Barack Obama à Pearl Harbor, 75 ans après l'attaque

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Diplomatie: le Premier ministre japonais Shinzô Abe rencontre Barack Obama à Pearl Harbor, 75 ans après l'attaque

Publié le 27/12/2016 à 09:44 - Mise à jour à 11:32
©Stephane de Sakutin/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): DD.

-A +A

Shinzô Abe, le Premier ministre japonais, est le premier dirigeant de l'archipel à se rendre officiellement ce mardi à Pearl Harbor, 75 ans après la bataille qui marqua l'entrée des Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale. Il y rencontre Barack Obama, lors d'une visite à forte portée symbolique.

Derrière les échanges feutrés de la diplomatie, la rencontre restera un symbole marquant pour les deux pays: ce mardi 27 septembre, le Premier ministre japonais Shinzô Abe se rend sur le site de Pearl Harbor à Hawaï pour y rencontrer le président américain Barack Obama. C’est la première fois qu’un dirigeant japonais fait un tel déplacement, 75 ans après l’attaque de l’aviation nippone qui a tué 2.400 militaires et civils américains, et précipité les Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale.

La visite s’inscrit dans le cadre d’un déplacement officiel de deux jours, débuté lundi, de Shinzô Abe qui a également été le premier dirigeant étranger à rencontrer Donald Trump, dans la foulée de son élection en novembre. Le signe d’une relation diplomatique au beau fixe entre Washington et Tokyo? Oui… mais avec des craintes pour le futur. Les deux pays restent en effet de proches alliés. Environ 54.000 militaires américains sont toujours stationnés dans l’archipel, dans des bases dont Tokyo finance une partie des coûts. Et le gouvernement en place défend fermement la présence américaine dans les pays malgré les protestations émanant des populations locales, notamment à Okinawa où est situé la moitié du contingent étranger. Mais le Japon n’est pas certain de pouvoir continuer de bénéficier de la bonne relation avec les Etats-Unis, face aux tentations isolationnistes de Donald Trump. Shinzô Abe avait d’ailleurs reçu les 15 et 16 décembre Vladimir Poutine au Japon pour essayer d’amorcer une réchauffement diplomatique avec Moscou.

Les autorités japonaises ont cependant prévenu: si cette rencontre représente certes un moment fort, il ne sera pas question d’un changement de position sur le contentieux historique entre les deux pays suite à l’attaque du 7 décembre 1941. Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, avait d’ailleurs annoncé la couleur: "Le but de la visite est de commémorer les victimes de la guerre, pas de s’excuser". Un réchauffement sans déclaration de repentance qui rappelle d’ailleurs la visite de Barack Obama en mai 2016 à Hiroshima où l’hommage aux victimes de l’arme nucléaire –le président américain ayant même pris dans ses bras un survivant du feu atomique– n’avait cependant débouché sur aucune excuse officielle.

 

Auteur(s): DD.


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Shinzô Abe et Barack Obama s'étaient déjà rencontrés en mai, à Hiroshima au Japon.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-