Amnesty International: rapport alarmant sur les droits de l'homme pour l'année 2014

Amnesty International: rapport alarmant sur les droits de l'homme pour l'année 2014

Publié le 25/02/2015 à 15:12 - Mise à jour le 26/02/2015 à 12:30
©LeJournal/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

L'année qui vient de s'écouler à, une fois encore, été noire pour les droits de l'homme. Amnesty international estime qu'elle a été la pire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale

Le constat est sans appel: l'année 21014 a été la pire année pour les droits fondamentaux des humains depuis la Seconde guerre mondiale selon le rapport annuel d'Amnesty International. "L'année 2014 s'est révélée catastrophique pour des millions de personnes en proie aux violences", a accusé Salil Shetty, le secrétaire général de l'ONG. Le rapport de l'organisation, qui passe en revue l'état des droits de l'homme dans 160 pays, recense des exactions dans 35 d'entre eux par des groupes armés comme le groupe État islamique ou Boko Haram.

"Conséquence tragique de l'incapacité de la communauté internationale à faire face au nouveau visage des conflits, la crise des réfugiés est l'une des plus graves que le monde ait jamais connues" pointe Amnesty International, estimant le nombre de réfugiés dans le monde à 7 millions (contre 11,2 millions pour le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unis) dont 4 millions pour la seule Syrie. Au sujet de ce pays et du conflit qui le ravage, l'ONG pointe du doigt l'attitude de la France, François Hollande avait promis l’accueil à 500 Syriens réfugiés en 2014 (il n’y en aurait eu entre 300 à 350) face aux 20.000 places promises par l’Allemagne.

Le rapport s'attaque également à la multiplication des groupes armés violents tels que l'Etat islamique ou Boko Haram. Selon Amnesty, 35 pays sont touchés par des atrocités liés à ces groupes armés.

Si une grande partie du rapport est consacré aux zones de conflits, les pays en paix ne sont pas épargnés par Amnesty International qui déplore de nombreux manquements aux "droits humains". Il s'agit d'une part des violences policières lors de manifestations aux Etats-Unis, en Turquie, au Brésil, à Hong-Kong ou encore en France où l'affaire de la mort de Rémi Fraisse est pointée du doigt.

Dans son rapport, Amnesty déplore que la liberté d’expression ait reculé dans trois pays sur quatre. Il y aurait des prisonniers d’opinion dans une soixantaine de pays. De nombreux pays ont réprimé la liberté de la presse, des journaux ont été fermés de force et des journalistes arrêtés. 

Amnesty n'est pas non plus tendre avec les Nations unis, réclamant la suppression du droit de veto des membres du Conseil de sécurité de l'ONU pour les questions de "génocides, de crimes de guerre ou de crime contre l'humanité". "Le Conseil de sécurité des Nations unies, un organisme qui a été créé pour protéger les civils et assurer la paix et la sécurité, a lamentablement échoué", a déploré Salil Shetty.

Outre cette proposition sur le droit de veto, l'ONG exhorte également les Etats à ratifier le Traité sur le commerce des armes entré en vigueur en 2014 pour arrêter le déferlement d'armes de guerre dans le pays en conflits.

Enfin, Amnesty International n'est guère optimiste pour l'année 2015 puisqu'une aggravation des violations des droits de l'homme est à craindre.

 

Auteur(s): MM


PARTAGER CET ARTICLE :


Le nombre de réfugiés dans le monde se chiffre à plus de 7 millions selon Amnesty International.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-