Égypte: l'État islamique affirme avoir exécuté l'otage croate

Égypte: l'État islamique affirme avoir exécuté l'otage croate

Publié le 12/08/2015 à 16:06 - Mise à jour à 16:22
©Stringer/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): RT

-A +A

L'Etat islamique a affirmé ce mercredi avoir exécuté l'otage croate Tomislav Salopek enlevé il y a trois semaines en Egypte. Quelques jours auparavant, la branche égyptienne du groupe terroriste avait menacé de le tuer dans les 48 heures si Le Caire ne libérait pas "les femmes musulmanes" emprisonnées en Egypte.

"Exécution d’un prisonnier de Croatie –pays qui participe à la guerre contre l’Etat islamique– après expiration de l’ultimatum". Ce mercredi 12, en légende d’une photo montrant une tête décapitée postée sur son compte Twitter, l’Etat islamique a annoncé avoir exécuté le Croate Tomislav Salopek, enlevé il y a trois semaines en Egypte. Vendredi 7, la branche égyptienne de l’EI avait menacé de le tuer dans les 48 heures si Le Caire ne libérait pas "les femmes musulmanes"  emprisonnées en Egypte.

Employé d’une société française, filiale de la Compagnie générale de géophysique (CGG), Tomislav Salopek, 31 ans, travaillait en Egypte en tant qu’analyste sismique. Le jour de son enlèvement le 22 juillet par des inconnus armés sur une route à 22 kilomètres au sud-ouest du Caire, "c'était son dernier jour de travail pour la société française. Il s'apprêtait à rentrer à la maison le lendemain", avait déploré son père, suppliant ses ravisseurs de l'épargner. "La seule et unique raison de son séjour dans votre patrie était de gagner de quoi nourrir ses enfants, rien de plus", avait-il ajouté.

La photo censée le représenter, mais dont l’authenticité n’a pas encore pu être vérifiée, montre une tête posée à côté du corps d’un homme et d’un poignard planté dans le sable, avec en fond le drapeau noir du califat. Si la victime était bien identifiée comme étant Tomislav Salopek, il s’agirait du premier Occidental enlevé et tué par des djihadistes de l’EI en Egypte.

Depuis la destitution par l’armée du président islamiste élu Mohamed Morsi il y a deux ans, les djihadistes de "Province du Sinaï", la branche égyptienne de l’EI basée dans la province du même nom et située dans l’est du pays, ont multiplié les attentats et les attaques-commando dans le pays. En collaboration avec un autre groupe djihadiste, ils ont fait plus de 500 morts parmi les soldats et les policiers, selon les autorités égyptiennes. Pas plus tard que le 11 juillet dernier, la branche égyptienne de l’EI avait revendiqué un attentat à la voiture piégée contre le consulat d’Italie au Caire dans lequel un passant avait péri.

Ces djihadistes justifient leurs crimes par le fait de vouloir venger les victimes de la sanglante répression subie par les partisans de Mohammed Morsi. Car, depuis juillet 2013, plus de 1.400 d’entre eux ont été tués par des policiers et des soldats, tandis que plus de 15.000 autres ont été emprisonnés et des centaines condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs. 

 

 

Auteur(s): RT


PARTAGER CET ARTICLE :


L'Etat islamique assure avoir tué le Croate Tomislav Salopek, enlevé en Egypte il y a trois semaines. (Image d'illustration).

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-