En Australie, le Covid19 est beaucoup moins dangereux que les mesures sanitaires imposées à la population !

En Australie, le Covid19 est beaucoup moins dangereux que les mesures sanitaires imposées à la population !

Publié le 17/07/2020 à 10:25 - Mise à jour à 16:00
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Gérard Delépine pour FranceSoir

-A +A

ANALYSE : Au 12 juillet 2020, après près de 6 mois d’épidémie[1], l’OMS recense[2] en Australie un total de 9 553 cas d’« infection » par Covid19 [3] et dénombre 107 morts, principalement dans la région de Melbourne.  Ce chiffre concernant les « infectés » ne précise pas le nombre de malades présentant des symptômes et le nombre de personnes simplement positifs sur un test. Sachant la faible fiabilité des tests[4] [5], il parait invraisemblable que les pays dont ici l’australie casse leur économie et leur peuple sur des arguments si peu scientifiques.

Une propagande sans précédent des médias a présenté cette maladie trente fois plus rare et dix fois moins mortifère[6] que la grippe en Australie, comme une véritable peste. Télévision, radios et magazines ont créé et entretiennent en permanence la panique et poussent le gouvernement à prendre des mesures disproportionnées et inefficaces, qui nuisent gravement à la santé, l’éducation, l’équilibre social et l’économie tel que le récent reconfinement de Melbourne qui sert même à Delfraissy, (président du fameux « comité scientifique d’E Macron et affidé de la firme Gilead pour le Remdésivir ) d’argument pour agiter le spectre « probable » d’une deuxième vague en France.

 

Confinement et manipulation politique

La décision du confinement étendu à toute une population devrait être fondée sur des preuves scientifiques concernant la propagation du virus, l’efficacité sanitaire de la mesure et ses impacts sociaux et économiques. Ces preuves n’existent pas.

Cette décision profondément anti démocratique été prise en panique devant les prédictions apocalyptiques des mathématiciens de l’Impérial College qui dans le passé se sont trompés plus d’une fois sur deux et souvent très lourdement [7]. Pour le Covid19, leurs prédictions se sont révélées invraisemblablement exagérées [8] [9].


Morts et malades raréfiés : pour entretenir la panique mondiale, on comptabilise les tests

La prétendue deuxième vague de l’épidémie en Australie n’est pas une recrudescence de malades, mais seulement le résultat de la multiplication de tests dans une population dont le taux de contamination reste constant. On présente ainsi des personnes dont le test est positif comme des malades, alors que ce n’est pas le cas. Dans la très grande majorité, il ne s’agit que de porteurs sains ou d’anciens infectés qui ont vaincu l’infection sans le savoir ou de tests faussement positifs. Les tests, comme les masques, malgré leurs imperfections auraient pu être utiles au début de l’épidémie, mais sont actuellement parfaitement inutiles et anxiogènes.

Ce qui compte, pour évaluer une menace sanitaire réelle, c’est l’évolution du nombre de malades présentant des symptômes justifiant des traitements.

Or le 13 juillet dernier il n’y avait que 92 malades hospitalisés pour Covid19 dans toute l’Australie ! Le reconfinement récent de Melbourne constitue donc une réponse totalement disproportionnée à un problème sanitaire nettement moins grave que la grippe saisonnière des dernières années.

Confinement délétère dont les drames sont maintenant bien connus [10] [11]

Ce confinement a de nombreuses conséquences délétères, psychologiques, éducatives, sociales, économiques et politiques.

Les conséquences psychologiques du confinement sont bien décrites[12]. L’instauration d’un confinement montre que les autorités estiment que la situation est grave et susceptible de s'aggraver.

Les personnes mises en quarantaine éprouvent un niveau élevé de peur d'être infectées et d'avoir la possibilité d'infecter d'autres personnes. Et comme la mesure est prise officiellement au bénéfice de ceux qui se trouvent en dehors des villes touchées, et non pas dans l’intérêt des confinés, ceux-ci peuvent trouver la mesure injuste, d’autant que la mise en quarantaine signifie une perte de contrôle et un sentiment de piégeage, qui s’accentuent si les familles sont séparées.

Ces craintes sont exacerbées par l'augmentation des reportages dans les médias, l'augmentation du nombre de décès et des nouveaux cas et les rumeurs.

Une macroanalyse récente, financée par le National Institute for Health Research (NIHR) Health Protection Research Unit (HPRU) in Emergency Preparedness and Response, a examiné 24 études, menées dans 10 pays sur l'impact psychologique de la quarantaine lors des épidémies précédentes.

 

Impact psychologique et psychiatrique de la quarantaine

Toutes soulignent la fréquence des stress post-traumatiques (persistant parfois très longtemps), des dépressions[13], les sentiments de colère et de peur et l'abus de drogues. Ces risques sont accrus chez les personnes ayant des antécédents de troubles psychiatriques ou d’Alzheimer et les travailleurs de la santé. Ces conséquences psychologiques se traduisent aussi par l’augmentation des violences familiales et des suicides, déjà observée en Australie et qui inquiètent particulièrement aux USA[14].

 

Les victimes ignorées du confinement dites « victimes politiques »

En France comme en Australie, le confinement a réservé l’essentiel des moyens médicaux au Covid19 entrainant des retards et/ou des refus de soins pour les autres pathologies. Ces retards ont déjà été responsables d’un certain nombre de décès (par arrêts cardiaques, ou accidents vasculaires cérébraux) et d’une perte certaine de chances de guérison (cancers, cardiopathies et autres pathologies chroniques...). Compte tenu du nombre considérable de malades chroniques nécessitant des traitements réguliers, le coût humain de ces retards de soins s’annonce particulièrement lourd.

D’un simple point de vue sanitaire, le bilan du confinement est donc globalement négatif du fait de ses bénéfices infectieux très incertains et de ses conséquences létales directes, certaines et nombreuses. L’analyse de la mortalité toutes causes confondues durant le confinement aveugle suggère même que ce confinement a été très lourdement délétère[15].

 

Complications larges au-delà du sanitaire

Mais le confinement aveugle d’une population entraîne de plus des complications catastrophiques sur l’éducation, l’équilibre social et l’économie qui n’ont apparemment même pas été mesurées, ni évoquées, ni pesées lors des décisions de confinement dans de trop nombreux pays.

 

Du point de vue scolaire

La fermeture des écoles est médicalement infondée car, contrairement aux épidémies de grippe, les enfants porteurs de Covid19 ne contaminent ni les adultes ni les autres enfants. Après plus de dix millions de contaminations répertoriés aucune transmission par un enfant n’a pu être démontré. De nombreuses enquêtes épidémiologiques fouillées dont une française[16] et une australienne l’ont d’ailleurs confirmée.

Or l’arrêt de la scolarisation même de 3 mois nuit à l’acquisition des connaissances, à la socialisation, à l’équilibre affectif et à l’avenir professionnel des enfants.  L’agence statistique norvégienne a calculé les dommages permanents causés aux élèves par les fermetures d’écoles : « chaque semaine d’enseignement en classe refusée aux élèves freine les chances de réussir sa vie et réduit de façon permanente le potentiel futur des revenus ».

 

L’équilibre social

 d’une population est également perturbé par le confinement qui impacte beaucoup plus durement les groupes défavorisés aux emplois souvent précaires logés dans des habitations souvent étroites et sans jardin, les petits commerçants et les professions libérales (peu ou non indemnisés), alors que les fonctionnaires et les cadres, surtout supérieurs le supportent dans de bien meilleures conditions.

Le confinement a ainsi aggravé la fracture sociale dans tous les pays où il a été imposé

Citons simplement le nombre élevé d’enfants souffrant de la faim en Italie.

 

Conséquences économiques globales

Enfin les conséquences économiques du confinement, déjà sensibles, s’annoncent bien plus graves que celles de la crise de 1930. Diminution de 5% à 10% du produit national brut selon les pays, licenciements, chômage massif, explosions des dettes publiques toutes les conditions sont réunies pour la pire crise économique depuis 70 ans.

 

Catastrophe mondiale, conséquence d’une immense tromperie sur la gravité du Covid19

Cette catastrophe n’est pas la conséquence d’une infection gravissime, puisque globalement le nombre de morts ne sera pas supérieur à celle de nombreuses épidémies de grippe des années passées.

La gravité supposée de cette pandémie montée de toutes pièces, reste un mystère dans ses causes profondes car elle a cassé l’économie mondiale dont on a dû mal à voir les véritables bénéficiaires.

ll est certain que l’OMS au service de Big Pharma et du plus grand fou de vaccination de tous les temps, Bill Gates souhaitent inonder le marché de leurs vaccins doublés de puces permettant de nous fliquer partout et tout le temps à la chinoise. Néanmoins hormis quelques milliardaires qui auront fait des bénéfices colossaux en jouant sur la Bourse à la baisse, l’ensemble de la planète se sera paupérisée, rendant les populations fragilisées susceptibles de renversements politiques majeurs et de guerres locales ou plus générales. Il est peu probable que les principaux dirigeants du monde aient mesuré l’ampleur des catastrophes engendrées et de leurs effets domino.
 

Les mesures sanitaires anti démocratiques prises par des gouvernants qui ont cru obstinément à des élucubrations mathématiques qu’ils n’ont même pas fait vérifier et qui refusent de reconnaitre leur erreur à l’exception remarquable de la première ministre norvégienne qu’il faut féliciter pour son courage et son honnêteté, ont en tous cas été l’outil de la déstabilisation mondiale engendrée, non par un virus finalement banal, mais par la crédulité des hommes manipulée par la corruption de beaucoup d’autres.

Dans l’Histoire du monde, il est exceptionnel que si peu d’hommes aient pu nuire aussi gravement à autant de leurs semblables, pourrait-on dire en paraphrasant Churchill à l’envers !

 

Sources : 

[1] Le premier cas confirmé date du 25 janvier 2020

[2] OMS 20200710 Covid-19-sitrep-172

[3] COVID-19, Australia: Epidemiology Report 19: Fortnightly reporting period ending 21 June 2020Commun Dis Intell (2018) 2020;44(https://doi.org/10.33321/cdi.2020.44.54) Epub 29/6/2020

[4] https://fort-russ.com/2020/07/the-test-set-another-brick-in-the-covid-19-disinformation-game-plan/

[5] https://www.mondialisation.ca/les-tests-talon-dachille-du-chateau-de-cartes-covid-19/5645964

[6] Malgré une couverture vaccinale record l’épidémie de grippe de 2019 a touché plus de 310 000 personnes en Australie et celle de 2017, a causé plus de 1100 morts prématurées.

[7] Un exemple célèbre des erreurs de prédictions de Ferguson est celui de la grippe H1N1 présentée comme une pandémie meurtrière que seul le vaccin pourrait éviter, Au Canada, Ferguson avait prédit 8000 morts. A la fin de l’épidémie et en l’absence de vaccins, les autorités canadiennes en ont comptabilisé moins de 500.

[8] Le rapport 9 de l’Impérial College, prédisait 70000 morts en Suède et 100000 aux Pays-Bas si ces pays ne confinaient pas ; Ils n’ont pas confiné et comptaient, le 12 juillet, 5526 (Suède) et 6128 victimes (Pays-Bas)

[9] http://www.economiematin.fr/news-rapport-confinement-ferguson-secret-cri...

[10] http://docteur.nicoledelepine.fr/covid19-et-confinement-aveugle-combien-...

[11]  Vidéo du DR G Delépine, site de Jérémy Mercier sur le déconfinement et les conséquences du confinement du7 mai 2020 :   https://youtu.be/orjBSTWMTKE

[12] G James Rubin, Simon Wessely , Les effets psychologiques de la mise en quarantaine d'une ville BMJ 2020 ; 368 : m313

[13]docteure Marion Leboyer, psychiatre au CHU Henri-Mondor de Créteil https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-il-y-a-une-augmentation-des-depressions-du-fait-des-consequences-psychiatriques-du-confinement-alerte-une-psychiatre_4025557.htm

[14] Petterson, Steve et al. “Projected Deaths of Despair During the Coronavirus Recession,” Well Being Trust. May 8, 2020. WellBeingTrust.org.

[15] D G Rancourt All-cause mortality during Covid19: No plague and homicide by government response Technical Report · June 2020 DOI: 10.13140/RG.2.2.24350.77125

[16] Kostas DANIS et al Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020 from https://academic.oup.com/cid/article-abstract/doi/10.1093/cid/ciaa424/5819060

 

Auteur(s): Gérard Delépine pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Australie

Annonces immobilières

Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-