Escalade entre Kiev et Moscou: "Les Etats européens doivent répondre fermement"

Escalade entre Kiev et Moscou: "Les Etats européens doivent répondre fermement"

Publié le :

Mardi 27 Novembre 2018 - 17:18

Mise à jour :

Mardi 27 Novembre 2018 - 17:20
©KERCH INFO / AFP
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

Des bateaux des gardes-frontières russes se sont emparés dimanche de trois navires ukrainiens en mer d'Azov, provoquant une escalade entre les deux pays. Nicolas Tenzer, chargé d'enseignement à Science Po Paris, estime que les Etats européens doivent adopter une réponse ferme et coordonnée face à cette nouvelle agression russe contre l'Ukraine.

L'Ukraine et la Russie sont engagées dans leur pire bras de fer depuis plusieurs années, ce qui provoque une vive inquiétude chez les Occidentaux. Dimanche 25 au soir, des bateaux des gardes-frontières russes se sont emparés de trois navires ukrainiens -deux petites vedettes et un remorqueur- après leur avoir tiré dessus, faisant prisonniers la vingtaine de marins à bord. Cet incident est survenu en mer Noire lorsque ces navires tentaient de pénétrer le détroit de Kertch pour entrer dans la mer d'Azov.

Loin de constituer une nouvelle crise entre les deux pays, l'agression russe contre la Marine ukrainienne est "une nouvelle action militaire dans le cadre du conflit qui oppose Moscou à Kiev depuis 2014" souligne Nicolas Tenzer, chargé d'enseignement à Science Po Paris, joint par France-Soir. "Ce n'est pas assez souligné dans les médias mais cette guerre, qui a déjà fait plus de 10.000 morts et 1,6 million de réfugiés, est toujours en cours, il est important de le rappeler", précise-t-il.

Alors qu'un accord entre la Russie et l'Ukraine en 2003 permettait la libre circulation des navires, y compris militaires, dans le chenal la situation s'est considérablement dégradée depuis l'occupation de la Crimée par les autorités russes et son rattachement de fait à la Russie. En effet, Moscou mène des inspections particulièrement zélées sur les navires ukrainiens en provenance et à destination des ports de Berdyansk et de Marioupol d'où transitent 80% des exportations ukrainiennes. Ce qui occasionne des retards particulièrement coûteux. L'action militaire de la Russie contre les navires de la flotte ukrainienne s'inscrit donc dans une stratégie russe plus globale d'asphyxie économique de l'Ukraine par le contrôle de la mer d'Azov.

Lire aussi - Mer d'Azov: la Russie confirme avoir capturé trois bateaux ukrainiens

En riposte à la capture de ses navires l'Ukraine a annoncé lundi 26 l'introduction de la loi martiale dans ses régions frontalières qui bordent la Russie, la Biélorussie, la mer d'Azov et les régions sécessionnistes du Donbass. De son côté, Moscou a mis en garde Kiev contre "tout acte irréfléchi".

"Il serait important que les Etats européens réagissent fermement à cette nouvelle agression de la Russie contre l'Ukraine. Plusieurs formats de réponses sont envisageables, notamment en adoptant de nouvelles sanctions économiques et financières, contre des individus du premier cercle de Vladimir Poutine, ou en renforçant l'interdiction faîte aux entreprises de commercer avec la Russie, en particulier dans le domaine énergétique, et je pense d'abord au gazoduc Nordstream2 qui doit être abandonné"", souligne Nicolas Tenzer.

De nouvelles sanctions européennes contre la Russie ne sont pas exclues, a d'ailleurs déclaré ce mardi 27 la présidence autrichienne de l'UE, soutenue par la Pologne. La question doit être examinée lors de la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères est prévue pour décembre. Pour autant, l'attitude à adopter face à Moscou ne fait pas l'objet d'une ligne commune au sein des pays de l'UE. Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, en particulier, s'est dit opposé aux sanctions économiques visant la Russie et a prôné le dialogue.

De son côté, Jean-Yves Le Drian a appelé les deux parties à faire preuve d'apaisement, en demandant toutefois "un geste de la Russie", soit la libération des marins prisonniers et la restitution des navires ukrainiens. "L'attitude de la France aurait pu être plus ferme", note Nicolas Tenzer qui explique qu'elle aurait dû condamner "l'agression russe".

Il semble que la Russie ne soit pas très encline à "faire un geste" puisque Moscou a décidé de jouer ce mardi la carte de la provocation en diffusant une vidéo de quelques marins ukrainiens capturés où ceux-ci avouent, très probablement sous la contrainte, avoir violé la frontière russe. A ce sujet, Nicolas Tenzer note qu'il s'agit là d'une violation de la Convention de Genève et souligne que ces méthodes sont dignes de ce que peut faire l'Etat islamique."Cela appelle à une condamnation forte", conclut-il sur le sujet.

Le point central de cette escalade du conflit entre Russes et Ukrainiens reste l'annexion jugée illégale par la majorité de la communauté internationale de la Crimée en 2014 et qui reste non-résolue à cette date. Il est donc nécessaire de "rester ferme sur la non-reconnaissance de cette annexion par la Russie".

Voir également:

Confrontation maritime avec la Russie : l'Ukraine instaure la loi martiale

Sur la mer d'Azov, le port ukrainien de Marioupol craint une guerre avec la Russie

Sur la mer d'Azov, le port ukrainien de Marioupol craint une guerre avec la Russie

L'agression russe contre la Marine ukrainienne est "une nouvelle action militaire dans le cadre du conflit qui oppose Moscou à Kiev depuis 2014" estime Nicolas Tenzer.


Commentaires

-