Grèce: François Hollande exclut la possibilité d'un "Grexit" temporaire

Grèce: François Hollande exclut la possibilité d'un "Grexit" temporaire

Publié le :

Dimanche 12 Juillet 2015 - 17:07

Mise à jour :

Dimanche 12 Juillet 2015 - 17:11
©Witt/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Alors que les dirigeants de la zone euro se réunissent ce dimanche à Bruxelles pour discuter du sort de la Grèce, François Hollande a exprimé sa détermination à trouver un accord favorable au pays. Une position absolument pas partagée par Angela Merkel.

Le couple franco-allemand serait-il en train de vaciller? En effet, alors que samedi 11 Berlin envisageait la sortie possible de la Grèce de la zone euro de façon temporaire, ce dimanche, François Hollande l'a assuré: "il n'y a pas de Grexit provisoire. Il y a la Grèce dans la zone euro, ou plus la Grèce dans la zone euro".

"Si la Grèce n'est plus dans la zone euro, c'est une Europe qui n'avance plus, et ça, je n'en veux plus", a ajouté le président de la République à son arrivée à Bruxelles (Belgique) pour le sommet extraordinaire de la zone euro. Une réunion des chefs d'Etat de la zone euro dont "l'enjeu est de savoir si demain la Grèce sera dans la zone euro", a affirmé le président français. Et d'ajouter: "la France va tout faire pour trouver un accord ce soir".

"La Grèce a fait déjà des efforts, il y a des réformes qui sont nécessaires, elle doit faire la démonstration qu'elle est prête à les engager rapidement et puis à ce moment-là, l'Europe tout entière, la zone euro, doit dire qu'elle apporte son soutien", a conclu François Hollande.

Ce sommet, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras en attend beaucoup et a expliqué qu'un "accord est ce soir possible si tout le monde le veut". Il a répété "œuvrer pour tous ceux qui ne veulent pas voir l'Europe divisée".

Une analyse absolument pas partagée par la chancelière allemande Angela Merkel qui a affirmé "ne pas vouloir d'accord à tout prix" et que "les principes doivent être respectés". "La valeur la plus importante, à savoir la confiance et la fiabilité, a été perdue" avec Athènes, a ajouté la chancelière qui a promis des "négociations ardues".

 

 

François Hollande s'oppose à la sortie temporaire de la Grèce de la zone euro.


Commentaires

-