Grèce: Tsipras a jusqu'à jeudi 9 pour faire des propositions

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Grèce: Tsipras a jusqu'à jeudi 9 pour faire des propositions

Publié le 08/07/2015 à 07:46 - Mise à jour à 07:47
©Alkis Konstantinidis/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Arrivé les mains vides de propositions au sommet de mardi 7, Alexis Tsipras a demandé un sursis pour préparer son plan de reforme. Ses partenaires, et créanciers, lui ont donné cinq jours.

Le compte à rebours a commencé. Arrivé les mains vides, sans proposition, au sommet extraordinaire de mardi 7, Alexis Tsipras a tout de même arraché un répit à ses partenaires européens. Ou plutôt un très court sursis: les chefs d'Etat de la zone euro lui donnent jusqu'à demain jeudi 9 pour leur soumette un "plan détaillé" de réformes, a déclaré Angela Merkel mardi soir.

Le calendrier est ainsi particulièrement resserré. "Il ne reste plus que cinq jours pour parvenir à un accord définitif", a aconfirmé le président du Conseil européen Donald Tusk a l'issue du sommet de mardi. D'ici jeudi, donc, le premier ministre grec doit avoir présenté ses propositions, qui devront être validés dans la foulée par la troïka BCE-FMI-UE au plus tard vendredi 10 avant d'être présentées parallèlement aux parlements allemands et grecs, ainsi qu'à l'Eurogroupe samedi 11 et à un nouveau sommet dimanche 12. Un marathon.

Et Alexis Tsipras devra se montrer particulièrement convainquant après avoir froissé la majorité de ses partenaires à force de revirements. Il a même fait basculer certains de ses derniers soutiens début juin, lorsqu'il a quitté la table des négociations pour organiser un référendum sur les propositions des créanciers et pour lequel il a fait campagne pour le "non". Ainsi, de l'aveu même du président du Parlement européen Jean-Claude Juncker, pourtant farouchement hostile à la sortie de la Grèce de la monnaie unique, un scénario détaillé prévoyant ce Grexit a d'ores et déjà été préparé. "Je ne pourrais l'empêcher si le gouvernement grec ne fait pas ce qu'il doit faire", a ainsi conclu Juncker.

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Je ne pourrais empêcher (un Grexit) si le gouvernement grec ne fait pas ce qu'il doit faire", a regretté Jean-Claude Juncker.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-