Grèce: Yanis Varoufakis, ministre des Finances, annonce sa démission

Grèce: Yanis Varoufakis, ministre des Finances, annonce sa démission

Publié le :

Lundi 06 Juillet 2015 - 08:46

Mise à jour :

Lundi 06 Juillet 2015 - 08:52
Au lendemain du référendum qui a vu le "non" l'emporter en Grèce à propos des propositions des créanciers d'Athènes, le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a annoncé sa démission ce lundi matin. "On m'a informé que certains membres de l'Eurogroupe préféraient que je sois absent des réunions", explique-t-il dans un article publié sur son blog.
©Marko Djurica/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Au lendemain de la victoire du non au référendum sur les propositions des créanciers d’Athènes, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a annoncé sa démission. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras aurait cédé aux demandes de certains membres de l’Eurogroupe.

"Je ne suis plus ministre", a donc abruptement titré Yanis Varoufakis dans un rapide article paru en anglais sur son blog ce lundi. "Après les résultats, on m'a informé que certains membres de l'Eurogroupe préféraient que je sois absent des réunions", explique-t-il. "Pour cette raison, je quitte le ministère des Finances aujourd'hui (...). Je considère comme mon devoir d'aider Alexis Tsipras à utiliser le capital politique que nous ont donné les Grecs par le référendum d'hier".

"La grande légitimité apportée à notre gouvernement" doit être "investie immédiatement dans un OUI à une solution adéquate", ajoute-t-il, appelant à un accord comprenant "une restructuration de la dette, moins d'austérité, une redistribution en faveur des plus démunis, et de vraies réformes".

Après avoir comparé, samedi 4, le comportement des créanciers de la Grèce à du "terrorisme", Yanis Varoufakis, toujours aussi franc du collier, affirme aujourd’hui que "le dégoût que j'inspire aux créanciers restera ma fierté". Selon lui, "la valeur" du résultat du référendum, qui a vu le non l'emporter à 61,31%, est "importante", "comme (celle de) tous les combats pour les droits démocratiques".

Avant la consultation, Varoufakis avait déjà émis l'hypothèse d'une démission, mais uniquement en cas d'une victoire du "oui".

 

Très friand des grandes sorties publiques, Yanis Varoufakis s'estime "fier" du "dégoût" qu'il inspire aux créanciers de la Grèce.


Commentaires

-