Israël: le parlement autorise la détention d'enfants de 12 ans pour acte de "terrorisme"

Israël: le parlement autorise la détention d'enfants de 12 ans pour acte de "terrorisme"

Publié le :

Jeudi 04 Août 2016 - 07:59

Mise à jour :

Jeudi 04 Août 2016 - 08:01
©Thomas Coex/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le Parlement israélien a annoncé mercredi avoir abaissé de 14 à 12 ans l'âge minimum pour emprisonner l'auteur d'un acte "terroriste" grave, dans un contexte d'attaques anti-israéliennes perpétrés de la part de jeunes Palestiniens.

La Knesset, le parlement israélien, a autorisé mercredi 3 la détention d'enfants de 12 ans pour "acte de terrorisme grave" en abaissant de deux ans l'âge minimum. Le texte "permettra aux autorités d'emprisonner un mineur reconnu coupable d'un crime grave comme un meurtre, une tentative de meurtre ou un homicide, même si il ou elle a moins de 14 ans" a-t-elle annoncé sur son site internet (en anglais). Cela doit permettre de faire face à des attaques au couteau où à la voiture-bélier contre des Israéliens perpétrés par des Palestiniens parfois très jeunes.

Proposé par Anat Berko, députée du parti Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu, actuellement Premier ministre de l'Etat hébreu, le texte a été définitivement adopté mardi 2 au soir en troisième lecture par le Parlement. Depuis 2015, la Knesset est dominée par une coalition formée par le Likoud, le Foyer Juif (parti nationaliste religieux, proche des colons), Koulanou (centre) et les deux partis juifs ultra-orthodoxes, Shas et le Judaïsme unifié de la Torah, proche de l'extrême-droite. Au total, 32 parlementaires ont voté pour, 16 contre, un seul s'est abstenu.

"Peu importe à ceux qui sont assassinés d'un coup de couteau dans le coeur que l'enfant (auteur des faits) ait 12 ou 15 ans", a expliqué Anat Berko. Et d'ajouter: "peut-être que cette loi permettra aussi d'empêcher ces enfants d'être utilisés pour tuer des gens". 

Au sein de l'opposition, les députés arabes israéliens, élus sur une liste d'union avec le Parti communiste, ont critiqué le texte, en jugeant qu'il ciblait explicitement les jeunes Palestiniens, et inciterait au contraire à davantage de violence. A noter que cette nouvelle loi s'appliquera où est appliquée la loi civile israélienne. En Cisjordanie, occupée depuis 1967, la loi militaire autorise déjà l’emprisonnement des mineurs âgés de 12 ans par les forces de l'Etat hébreu.

Israël, les Territoires palestiniens et Jérusalem sont en proie depuis le 1er octobre 2015, et le début de "l'Intifada des couteaux", à des violences qui ont coûté la vie à 219 Palestiniens, 34 Israéliens, deux Américains, un Érythréen et un Soudanais.

B'Tselem, une ONG israélienne qui documente les violations des droits de l'Homme, a critiqué cette nouvelle loi: "plutôt que de les envoyer en prison, Israël ferait mieux de les envoyer à l'école, où ils grandiraient dans la dignité et la liberté, et non pas sous le régime de l'occupation."

 

Le Parlement israélien a annoncé mercredi avoir abaissé de 14 à 12 ans l'âge minimum pour emprisonner l'auteur d'un acte "terroriste" grave.


Commentaires

-