La capitaine du Sea-Watch 3, Carola Rackete, a été libérée, Salvini désavoué

La capitaine du Sea-Watch 3, Carola Rackete, a été libérée, Salvini désavoué

Publié le :

Mercredi 03 Juillet 2019 - 11:32

Mise à jour :

Mercredi 03 Juillet 2019 - 11:37
©Giovanni ISOLINO / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une juge italienne a invalidé mardi 2 l'arrestation de Carola Rackete, la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch 3. La magistrate a estimé que la jeune femme n'avait fait que son devoir en sauvant des vies humaines.

Matteo Salvini ne décolère pas. Le ministre de l'Intérieur italien avait promis à ses partisans que Carola Rackete, la capitaine allemande du Sea-Watch 3 qui a accosté ce week-end en Italie avec 41 migrants à son bord, serait "emprisonnée". Seulement voilà, la justice italienne ne l'entendait pas de cette oreille.

La juge Alessandra Vella, en charge du dossier, a estimé mardi que l'accostage sans autorisation du navire dans le port de Lampedusa relevait de "l’accomplissement d’un devoir": celui de sauver des vies humaines. Le Sea-Watch 3, qui navigue sous pavillon néerlandais, était resté plus de deux semaines dans les eaux internationales avec 41 réfugiés secourus en Méditerranée. Lassée d'attendre la fin de tractations qui n'en finissait plus quant aux pays volontaires pour accueillir ces personnes en danger, Carola Rackete a décidé de forcer l'entrée du port de Lampedusa pour mettre ses passagers en sécurité. Elle avait été interpellée dans la foulée par la police italienne, à la grande joie de Matteo Salvini.

Lire aussi - Les juges italiens veulent poursuivre Salvini pour séquestration de migrants

La capitaine était poursuivi pour "résistance avec violence envers un navire de guerre" - pour avoir obligé une vedette de police à s’éloigner sous peine d’être écrasée contre le quai - et "d’obstruction à la force publique" - pour avoir pénétré de force dans les eaux italiennes. La juge a invalidé le premier chef en estimant que la vedette de police ne pouvait être considérée comme un "navire de guerre", et le second en faisant valoir qu’elle avait agi pour sauver des vies.

Désormais libre de ses mouvements, l'Allemande de 31 ans a exprimé son soulagement et évoqué "une grande victoire pour la solidarité (...) et contre la criminalisation de ceux qui aident", à travers un communiqué de l'ONG Sea-Watch. 

Toutefois, ce communiqué précise aussi Carola Rackete, que Salvini a promis d'expulser d'Italie au plus vite, est sous le coup de menaces de morts et a dû être exfiltrée et cachée dans un endoirt sûr pour sa propre sécurité.

Carola Rackete vogue sur la mer depuis huit ans. Sa première mission date de l’été 2016. A l’époque, les flottes humanitaires épaulaient les navires européens au large de la Syrie. Surnommée "capitaine courage", la jeune Allemande a étudié les sciences nautiques et la protection de l’environnement en Allemagne puis au Royaume-Uni avant de s'engager dans l'association humanitaire Sea-Watch. 

Voir:

Italie : Salvini ne sera pas jugé pour séquestration de migrants

Berlinale: Roberto Saviano affirme qu'il "ne se laissera pas intimider" par Salvini

Une juge italienne a libéré mardi 2 l'arrestation de Carola Rackete, la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch 3.


Commentaires

-