Le pape François en visite à Naples: "la corruption pue"

Le pape François en visite à Naples: "la corruption pue"

Publié le 21/03/2015 à 16:35 - Mise à jour à 16:37
©Stefano Renna/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): JmC

-A +A

Lors de sa visite à Naples, l'une des grandes villes italiennes les plus touchées par le chômage et la corruption, le pape François a dénoncé samedi la mafia locale et exhorté ses membres à revenir dans le droit chemin.

"Comme un animal mort pue, la corruption pue, la société corrompue pue, et un chrétien qui fait entrer en lui la corruption pue": le pape François a eu ces paroles fortes à destination de la mafia samedi, lors de sa visite à Naples.

Sans nommer explicitement la Camorra (la mafia napolitaine), le souverain pontife, qui s'exprimait dans le quartier défavorisé de Scampia, a dénoncé le trafic de drogue, les crimes et l'intimidation, l'emprise des mafieux sur la société et l'économie, et exhorté les membres de l'organisation hors-la-loi à "se convertir à l'amour et à la justice".

"Il est toujours possible de retourner à une vie honnête. Ces sont des mères en larmes qui le demandent dans les églises de Naples", a-t-il dit lors d’une messe à la mi-journée, à laquelle assistaient 100.000 fidèles sur la place du Plebiscite, où d'importantes forces de l'ordre et mesures de sécurité avaient été déployées.

Dans les autres défis à relever pour la ville de Naples, le pape François a cité le chômage structurel, le travail au noir et le rejet des immigrés.

Sur le premier point, les organisations humanitaires et les aides sociales ne peuvent se substituer à la "dignité" que représente le fait d'avoir un emploi, a-t-il estimé, car "ne pas avoir la possibilité d’apporter le pain à la maison, c’est se voir volée sa dignité".

Le travail au noir, très répandu à Naples, est une forme d'"esclavage", a-t-il poursuivi, citant le témoignage d’une jeune femme à qui l'on a proposé 11 heures de travail par jour pour un salaire mensuel de 600 euros.

Quant aux immigrés, "ils sont des citoyens, pas des citoyens de seconde classe!", a dit le pape. "Nous aussi nous sommes tous des migrants, fils de Dieu, sur le chemin de la vie! Personne n’a un domicile fixe sur cette terre".

Dans la matinée, le pape François s'était rendu au sanctuaire de  Pompei. Après la messe à Naples, il devait conclure sa visite par des rencontres avec un groupe de détenus à la prison Giuseppe Salvia, avec les dirigeants locaux du clergé, avec des malades dans la basilique du Gesù Nuovo, et en fin d'après-midi avec des jeunes sur le bord de mer, avant de regagner le Vatican en hélicoptère.

 

Auteur(s): JmC


PARTAGER CET ARTICLE :


Le pape François accueilli par 100.000 fidèles, samedi à Naples place du Plébiscite.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-