Lafarge admet des arrangements avec des groupes armés en Syrie pour protéger une cimenterie

Aveux

Lafarge admet des arrangements avec des groupes armés en Syrie pour protéger une cimenterie

Publié le :

Jeudi 02 Mars 2017 - 09:53

Mise à jour :

Jeudi 02 Mars 2017 - 10:13
L'entreprise basée suisse des matériaux de construction LafargeHolcim a avoué ce jeudi avoir conclu des accords avec des groupes armés pour assurer la protection d'une de leur cimenterie en Syrie entre 2013 et 2014, alors que le groupe Lafarge était une entreprise française.
©Franck Fife/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En juin dernier, le journal Le Monde soupçonnait l'entreprise de matériaux de construction Lafarge d'avoir conclut des arrangements financiers profitant au groupe Etat islamique dans le nord de la Syrie, là où la firme disposait d'une cimenterie. Les faits reprochés auraient été commis entre 2013 et 2014. Ce jeudi 2 mars, l'entreprise a reconnu la véracité des accusations.

Après que d'autres enquêtes journalistiques aient été faites, le ministère de l'Economie a porté plainte contre le groupe à l'automne dernier, ce dépôt de plainte a été confirmé le 19 janvier 2017.

Il portait sur de possibles infractions commises aux interdictions européennes comme celle d'acheter du pétrole en Syrie par exemple ou "d'avoir eu des relations avec des organisations terroristes présentes en Syrie". Une autre plainte a été déposée par une ONG, Sherpa, qui lutte contre les "crimes économiques".

Ce jeudi 2 mars, Lafarge a admis avoir conclu des arrangements"inacceptables" pour assurer la sécurité de leur cimenterie située en zone de conflit entre 2013 et 2014.

La filliale locale, qui appartenait au groupe français Lafarge, a bien "remis des fonds à des tierces parties afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions".

Pour autant, on ne connait pas encore l'identité des groupes avec lesquels il y aurait eu des arrangements.

Ces arrangements devaient permettre d'assurer le passage des employés et les approvisionnements de l'usine sans encombres alors que la région où se trouvait l'usine était en proie à des conflits armés.

Le groupe Lafarge, qui a depuis fusionné avec l'entreprise suisse Holcim, avait acheté cette usine en 2007 et commencé à l'exploiter en 2011. Elle a fonctionné jusqu'en 2014 soit trois ans pendant lesquels se déroulaient la guerre civile et l'émergence du groupe Etat islamique dans le pays.

Le cimentier a avoué avoir conclu des arrangement mais n'a pas cité de noms.

Commentaires

-