L'Allemagne suspectée d'avoir espionné la France pour le compte de la NSA

L'Allemagne suspectée d'avoir espionné la France pour le compte de la NSA

Publié le :

Jeudi 30 Avril 2015 - 07:48

Mise à jour :

Jeudi 30 Avril 2015 - 16:56
©Hannibal Hanschke/Reuters
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

Les services de renseignements allemands auraient placé des hauts fonctionnaires français et européens sur écoutes selon le journal "Süddeutsche Zeitung". Des révélations particulièrement embarrassantes pour le Chancelière allemande, Angela Merkel.

Voilà une nouvelle qui, si elle s'avère vrai, ne va pas réchauffer les relations diplomatiques entre la France et l'Allemagne. Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, Berlin aurait espionné des officiels français et européens pour la NSA. Une information particulièrement embarrassante pour Angela Merkel qui s'était particulièrement insurgé de la révélation des écoutes de la NSA. A cette occasion la Chancelière allemande avait déclaré que "si de telles pratiques étaient confirmées, elle les désapprouverait catégoriquement et les considérerait comme totalement inacceptables". En effet, même son téléphone personnel avait été mis sur écoute par l'agence de renseignement américaine.

"Le BND (les services de renseignement allemands) a aidé la NSA à faire de l'espionnage politique", explique le grand quotidien munichois, précisant que des écoutes de "hauts fonctionnaires du ministère français des Affaires étrangères, du Palais de l'Elysée et de la Commission européenne" ont ainsi été réalisées depuis la station d'écoutes bavaroise de Bad Aibling.

Le journal assure en outre que de l'espionnage industriel n'a pu avoir lieu que "dans des cas isolés", soulignant que les États-Unis cherchaient à l'époque des "informations sur des exportations illégales". La source du journal, décrite comme fiable et digne de condfiance, annonce que des ces écoutes , "le cœur est l'espionnage politique de nos voisins européens et des institutions de l'Union européenne".

Des révélations qui pourrait également nuire à l'actuel ministre des Affaires étrangères allemand, Thierry de Maziere, qui était à l'époque chef de la Chancellerie et ne pouvait donc pas ignorer, selon plusieurs médias allemands, les activités du BND.

"Je récuse catégoriquement l'affirmation consistant à dire que le gouvernement n'a pas dit la vérité", a déclaré mercredi Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, lors d'une conférence de presse régulière. 

 

L'Allemagne aurait espionné des hauts fonctionnaires français.

Commentaires

-