Le 7 décembre 1941, il y a 75 ans, l'aviation japonaise attaquait la flotte américaine à Pearl Harbor

Le 7 décembre 1941, il y a 75 ans, l'aviation japonaise attaquait la flotte américaine à Pearl Harbor

Publié le :

Mercredi 07 Décembre 2016 - 08:25

Mise à jour :

Mercredi 07 Décembre 2016 - 14:48
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

Le 7 décembre 1941, la marine japonaise lance une attaque surprise sur Pearl Harbor, base de la marine américaine, dans l'archipel d'Hawaï. Cette agression sans déclaration de guerre va précipiter les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

"Tora, Tora, Tora", c'est par ce code de déclenchement que l'aviation de la marine impériale japonaise lance le 7 décembre 1941 l'attaque surprise contre la flotte américaine stationnée à Pearl Harbor, près d'Hawaï, provoquant l'entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

Jusqu'à là, le pays de Franklin Roosevelt était resté en retrait du conflit mondial, participant simplement à l'effort de guerre du Royaume-Uni par le biais du Prêt-bail, déversant dans milliers de tonnes d'équipements militaires et industriels au dernier pays européen occidental à résister au nazisme. Un programme de prêt similaire a été accordé à l'Union soviétique qui combat l'Allemagne d'Hitler depuis juin 1941.

L'attaque de Pearl Harbor a été menée sans déclaration de guerre préalable entre les Etats-Unis et le Japon. L'Empire du Soleil levant, engagé dans un guerre contre la Chine depuis 1937, souhaitait ainsi détruire les capacités navales américaines dans le Pacifique, tablant sur un désengagement des Etats-Unis du théâtre d'opération asiatique suite à cette défaite, laissant les mains libres à l'appareil militaire nippon pour lancer la création de la "sphère de coprospérité asiatique", une politique militariste agressive à l'égard des pays de l'Asie du sud-est.

L'opération surprise, dirigée par l'amiral japonais Isoroku Yamamoto, est déclenchée par la flotte nippone, qui compte 6 porte-avions, 423 avions et 27 sous-marins, à 7h40. Deux vagues successives de chasseurs-bombardiers japonais vont détruire quatre navires de ligne, trois croiseurs, trois destroyers et 188 avions américains, provoquant la mort de 2.403 personnes et faisant 1.178 blessés. Le succès est presque total.

Presque car les principales cibles des Japonais, soit les trois porte-avions américains du Pacifique, sont absents de Pearl Harbor le jour de l'attaque. La troisième vague d'avions japonais qui devait partir à l'assaut des réserves stratégiques de carburant de la flotte du Pacifique ne décollera jamais, Yamamoto craignant que des sous-marins américains ne découvrent sa flotte et ses précieux porte-avions, dont la construction est infiniment plus coûteuse pour le Japon que pour les Etats-Unis.

Cette attaque a un immense impact sur l'opinion publique américaine et le Congrès: le 8 décembre 1941 le Sénat adopte unanimement une résolution déclarant la guerre au Japon. Aux Etats-Unis, le 7 décembre est désormais connu sous le nom de "Jour d'infamie".

Débute ainsi l'âpre reconquête américaine du Pacifique qui prendra fin le 2 septembre 1945 suite au déclenchement du feu nucléaire sur les villes d'Hiroshima et de Nagasaki qui poussera l'empereur Hirohito à la capitulation sans condition.

L'actuel Premier ministre japonais Shinzô Abe deviendra, les 26 et 27 décembre prochains, le premier chef de gouvernement japonais à se rendre à Pearl Harbor, 75 ans après l'attaque-surprise japonaise sur la flotte américaine dans l'archipel de Hawaï. Mais sa visite, comme celle de Barack Obama à Hiroshima, n’a pas un objectif de repentance.

 

Le 7 décembre 1941, la marine japonaise lance une attaque surprise sur Pearl Harbor, base de la marine américaine, dans l'archipel d'Hawaï.

Commentaires

-