Le maire de Gennevilliers refoulé d'Israël pour son soutien aux Palestiniens

Le maire de Gennevilliers refoulé d'Israël pour son soutien aux Palestiniens

Publié le :

Mardi 17 Avril 2018 - 10:40

Mise à jour :

Mardi 17 Avril 2018 - 10:45
© JACK GUEZ / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Lundi, le maire communiste de Gennevilliers a été empêché d'entrer en Israël. Les autorités locales lui reprochent son soutien (avéré) à la cause palestinienne et au boycott promu par ses défenseurs.

Incident diplomatique en vue? Lundi 16, Patrice Leclerc le maire communiste de Gennevilliers (en Hauts-de-Seine, aux portes de Paris) a été refoulé du territoire israélien où il essayait de rentrer. En cause: le soutien de l'élu à un mouvement de boycott d'Israël pour protester contre la présence de l'Etat hébreu dans des territoires palestiniens, perçue comme une occupation.

L'élu francilien se trouvait à la frontière entre la Jordanie et la Cisjordanie et comptait se rendre à Jérusalem. C'est là qu'il a été refoulé par les autorités locales.

Patrice Leclerc soutient en effet la démarche Boycott Desinvestissement Sanctions (dite BDS). Les ministères israéliens de l'Intérieur et des Affaires stratégiques ont confirmé dans un communiqué qu'il s'agissait bien là de la raison du refus de laisser entrer l'élu sur le territoire. "Nous ne permettons pas à ceux qui agissent contre Israël d’entrer dans le pays pour s’y livrer à des provocations", a notamment expliqué le ministre de l’intérieur, Arieh Deri.

Lire aussi: Israël a libéré de prison plus de 200 migrants africains illégaux

Visiblement, la réaction israéleienne n'a pas seulement été d'empêcher le maire de rentrer mais s'est accompagnée d'une retenue. Patrice Leclerc dans un communiqué explique s'être "vu notifier par Israël son empêchement d’aller à Jérusalem" après "six heures de rétention et d’interrogatoire". "Les raisons invoquées (sont) la connaissance de Palestiniens, le soutien aux prisonniers politiques" précise-t-il.

Le maire communiste de Gennevilliers assure aussi que l'ambassade de France en Israël et le consulat de Jérusalem sont intervenus en sa faveu mais sans parvenir à faire fléchir les autorités israéliennes.

Le maire souhaitait se rendre à Jérusalem et a été refoulé.


Commentaires

-