Le ministre des Finances anglais à Paris veut réformer l'UE

Le ministre des Finances anglais à Paris veut réformer l'UE

Publié le :

Lundi 27 Juillet 2015 - 07:16

Mise à jour :

Lundi 27 Juillet 2015 - 07:17
©Stefan Wermuth/Reuters
PARTAGER :
-A +A

George Osborn, le ministre britannique des Finances, est à Paris depuis dimanche 26 et doit notamment rencontrer ce lundi Manuel Valls. Au menu: la volonté anglaise de réformer l'Union européenne et d'imposer sa vision d'une UE fondée sur plus de liberté pour les pays membres et moins d'intégration.

Il a choisi la France pour démarrer sa tournée européenne. Alors que la presse anglaise a annoncé que le Premier ministre britannique David Cameron pourrait organiser dès l'été 2016 un référendum sur l'appartenance de son pays à l'Union européenne, une promesse de campagne, son ministre des Finances George Osborn est arrivé en France dimanche 26 pour y défendre la vision britannique de l'Europe. Selon son gouvernement, il est ainsi nécessaire "d'apporter des changements durables dès à présent" dans le fonctionnement de l'UE.

"Les questions démocratiques, la relation entre la zone euro et l'Union européenne, la compétitivité et l'immigration sont les quatre principaux piliers qui fondent le plan de réforme britannique", ont ainsi annoncé les autorités anglaises via un communiqué publié par leur ambassade. Une vision qui se traduirait notamment pour les Britanniques par la possibilité des pays membres de bloquer la législation européenne ou la renégociation des prestations sociales accordées aux citoyens de l'UE qui s'installent sur leur sol. Plus de liberté d'action et moins d'intégration politique et économique, en somme.

Si le gouvernement de David Cameron, réélu en mai, à fait campagne sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union, tout en s'engageant à convoquer un référendum sur la question avant 2017, ce n'est que pour mieux défendre cette UE "à l'anglaise", qui a conduit par exemple le pays à refuser d'entrer dans la zone euro mais à intégrer Schengen.

"Bien que le processus de renégociation ne soit pas facile, il est un élément clé du plan économique de notre gouvernement à long terme. Ce gouvernement souhaite que le Royaume-Uni joue un rôle de premier plan au sein d'une Union européenne réformée", a ainsi détaillé George Osborn, a qui il reste encore à convaincre ses partenaires européens.

Ainsi, après avoir rencontré ce lundi le Premier ministre Manuel Valls puis les ministres des Affaires étrangères Laurent Fabius, des Finances Michel Sapin et enfin de l'Economie Emmanuel Macron, George Osborn devrait dans les prochains mois faire la tournée des capitales européennes. Il entend ainsi convaincre que "le référendum en Grande-Bretagne est l'occasion de faire valoir l'argument en faveur d'une réforme de l'UE".

Mais, si les 28 ont fait beaucoup pour éloigner le spectre d'un "Grexit", sous l'impulsion notamment de la France et, dans une moindre mesure, de l'Allemagne, c'est en plaidant pour plus d'intégration économique et politique. Nul doute donc qu'ils feront également tout pour éviter le scénario similaire d'un "Brexit", la sortie de l'UE du Royaume-Uni. Reste à savoir à quel prix.

 

David Cameron a promis aux Britanniques de renégocier les termes de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union européenne.

Commentaires

-