Le pape François évoque la "laïcité exagérée" de la France

Le pape François évoque la "laïcité exagérée" de la France

Publié le :

Mardi 17 Mai 2016 - 12:53

Mise à jour :

Mardi 17 Mai 2016 - 13:07
Le pape François a accordé lundi un entretien au journal "La Croix" dans lequel il évoque sa vision de la France. Il a notamment déclaré qu'elle faisait preuve d'une "laïcité exagérée", prônant une plus grande liberté à exprimer sa foie.
©Andreas Solaro/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans un entretien accordé lundi 16 au journal La Croix, le pape François a répondu aux questions sur sa vision de la France. Il a notamment exprimé son point de vue sur la vision française de la laïcité qu'il juge d'une certaine manière "exagérée".

Pour le souverain pontife, la laïcité à la française apparaît trop restrictive, quelles que soient les religions. Il défend notamment le droit des femmes de confession musulmane à porter le voile: "La petite critique que j’adresserais à la France à cet égard est d’exagérer la laïcité", explique-t-il. Selon lui, le principe de la laïcité ne doit pas nuire à "la liberté d’extérioriser sa propre foi. Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire".

Pour le pape, "cela provient d’une manière de considérer les religions comme une sous-culture et non comme une culture à part entière. Je crains que cette approche, qui se comprend par l’héritage des Lumières, ne demeure encore. La France devrait faire un pas en avant à ce sujet pour accepter que l’ouverture à la transcendance soit un droit pour tous".

Il convient cependant qu'un Etat "doit être laïque" car "les Etats confessionnels finissent mal". Et de rappeler l'intérêt que porte le Vatican à la France "fille aînée de l’Église" , bien qu'elle ne soit pas "la plus fidèle". "En somme, voilà ce qui me fascine avec la France. D’un côté, cette laïcité exagérée, l’héritage de la Révolution française et, de l’autre, tant de grands saints", ajoute-t-il.

Cet entretien a bien sûr été l'occasion pour le pape de s'exprimer sur les récents scandales de pédophilie qui ont frappé l'Eglise catholique de France, notamment l'affaire Barbarin. Le pape a de nouveau condamné l'acte qui de la part d'un prêtre "détruit" un enfant, "dissémine le mal, le ressentiment, la douleur. Comme avait dit Benoît XVI, la tolérance doit être de zéro". Il a cependant défendu le cardinal Barbarin qui "a pris les mesures qui s’imposaient".

Le Pape François ne s'est pour l'instant jamais rendu en visite officielle en France, hormis un passage éclair à Strasbourg mais lors d'une visite destinée à l'Union européenne. Il a bien été officiellement invité mais le Saint-Siège à pour politique d'éviter les visites durant les années électorales. Sa venue ne devraient donc pas avoir lieu avant 2018.

 

Pour le pape "la France devrait faire un pas en avant" sur la laïcité "pour accepter que l’ouverture à la transcendance soit un droit pour tous".


Commentaires

-