Syrie: les "Lions de la Sécurité militaire", une milice des mukhabarat qui se bat à Deir Ezzor

Syrie: les "Lions de la Sécurité militaire", une milice des mukhabarat qui se bat à Deir Ezzor

Publié le :

Mardi 22 Août 2017 - 11:56

Mise à jour :

Mardi 22 Août 2017 - 19:04
La bataille de Deir Ezzor qui voit s'affronter l'armée syrienne et les djihadistes de l'Etat islamique est un des enjeux majeurs du conflit dans le pays. Matteo Puxton, agrégé d'Histoire, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit irako-syrien, revient, en partenariat avec "FranceSoir", sur une de ces milices fidèles à Bachar al-Assad engagées dans ce combat, les "Lions de la sécurité militaire".
©DR
PARTAGER :

Matteo Puxton, édité par la rédaction

-A +A

"Les Lions de la Sécurité militaire" (ou "Les Lions du leader éternel") est une unité du régime syrien à Deir Ezzor, articulée autour du personnel de la Sécurité militaire (qui fait plus ou moins partie de la Direction du renseignement militaire, un des principaux organes des mukhabarat). Peu d'informations sont disponibles sur cette unité, qui semble pourtant jouer un certain rôle dans la défense de la poche du régime syrien à Deir Ezzor, enjeu majeur du conflit car clé de toute une partie de l'est du pays.

La Sécurité militaire (al-Amn al-Askari), qui se confond plus ou moins avec la Direction du renseignement militaire, un des quatre principaux organes de renseignement du régime syrien, dépend de l'état-major de l'armée. Au niveau provincial, l'appellation al-Amn al-Askari tend à s'imposer. La branche de Deir Ezzor, qui nous intéresse ici, bénéficie localement de la position dominante de la Direction du renseignement militaire dans la province, sous l'égide du général Jameh Jameh, qui a été très actif au Liban occupé par les Syriens, avant de revenir prendre la tête de la branche 243 dans la ville de l'est syrien. Jameh a été tué en octobre 2013.

Dans la poche de Deir Ezzor, le contingent de la Sécurité militaire s'est baptisé "Les Lions du leader éternel". Cette formation est commandée par un certain al-Hajj Azra’il qui est originaire du village chiite de Nubl au nord d'Alep. Les sources sont ténues sur cette unité: si l'on excepte sa page Facebook, et une ou deux autres qui lui sont associées, il n'y a quasiment pas d'autres sources disponibles pour mieux l'appréhender. Une analyse des réseaux sociaux disponibles permet de situer l'unité dans les combats à Deir Ezzor.

En mai 2016, la Sécurité militaire est au Panorama et dans le district industriel. En juillet 2016, elle combat dans le quartier de Rashidiyah mais aussi à Jaffrah. En août 2016, la Sécurité militaire combat vers le Panorama et dans le quartier de Rashidiyah.

Des membres de la milice de la Sécurité militaire dans un camion, à Deir Ezzor (13 juin 2017).

Le 14 septembre 2016, les hommes de la Sécurité militaire posent avec ceux des Forces nationales de défense. L'un d'eux tient une tête d'un corps décapité. Le 15 septembre, l'unité est avec la 137ème brigade. Le 17 septembre, la Sécurité militaire combat sur le mont Tharda, au sud de l'aéroport militaire, devant l'offensive de l'Etat islamique. Une vidéo montre la destruction d'un VBIED de l'EI par un char T-72. Le 18 septembre, la Sécurité militaire rend hommage au général de brigade Sharaf Ali Hamza, crashé avec son MiG-21 au nord de Deir Ezzor.

En octobre, la Sécurité militaire combat visiblement sur la colline Umm Abboud, vers le Panorama. Elle repousse un assaut des djihadistes vers la colline Syriatel; plusieurs corps sont montrés. Le 1er octobre, elle montre des armes capturées à l'EI après un assaut repoussé dans le secteur du Panorama. Le 10 octobre, la Sécurité militaire montre un quadcopter Phantom 4 utilisé par Daech pour bombarder les positions du régime près de la base de la brigade 137, et abattu. Le 25 octobre, elle fait sauter un tunnel sous les positions de l'EI dans le district industriel au nord de l'aéroport. Le 27 octobre 2016, la Sécurité militaire, avec les Forces Nationales de Défense et la 17ème division, fait sauter un autre tunnel de 50 m de long sous les positions de l'EI dans le quartier de Hweika.

En novembre 2016, la Sécurité militaire est dans le quartier de Rashidiyah. Le 9 novembre, elle annonce qu'un drone a été abattu au sud-ouest de Deir Ezzor. Elle prétend aussi avoir détruit un pick-up avec lance-roquettes près des fermes du Panorama. Le 28 novembre 2016, la Sécurité militaire de Deir Ezzor évoque l'emploi de drones armés par l'EI au-dessus de la ville. Des tirs de mortiers des djihadistes visent aussi ses positions.

Frappe de l'aviation du régime sur Deir Ezzor photographiée par la milice de la Sécurité militaire (22 juin 2017).

En décembre 2016, la Sécurité militaire de Deir Ezzor combat dans le quartier de Rashidiyah à l'intérieur de la ville. Le 11 janvier 2017, l'unité montre des frappes aériennes dans la ville. Le 25 avril 2017, la milice signale de violents combats dans le secteur des cimetières et autour de l'aéroport militaire. Le 16 mai 2017, la page Facebook annonce qu'une offensive sur l'aéroport militaire a été repoussée, avec la destruction d'un BMP de l'EI transformé en véhicule kamikaze, par un lance-missiles antichars. Le 26 mai, la milice annonce avoir détruit un véhicule de l'EI armé de roquettes à al-Tardah.

Le 4 juin, la Sécurité militaire relaie une vidéo du régime sur les combats au Panorama, où l'EI vient de lancer une grande offensive. Le 11 juin, elle se fait l'écho de la tentative de poussée du groupe terroriste au Panorama, contre la poche ouest du régime. Le 12 juin, la milice prétend avoir repoussé une attaque d'envergure de l'EI. Le 17 juin, la sécurité militaire annonce avoir déjoué une tentative d'infiltration des djihadistes dans le quartier de Rashidiyah. Le 25 juin 2017, la milice annonce que l'EI a bombardé au mortier la ville de Deir Ezzor, tuant ou blessant 56 personnes. Le 11 juillet 2017, la Sécurité militaire prétend avoir détruit un véhicule de Daech avec un canon ZU-23. Le 3 août 2017, la milice se fait l'écho de l'ordre de mobilisation générale lancé par l'EI à Deir Ezzor pour les hommes de 20 à 30 ans, pour repousser l'armée syrienne qui progresse vers la ville. Le 5 août, le général de brigade Jamal Razouk, qui commande la Sécurité militaire sur place, inspecte les positions dans la zone des cimetières.

Le général de brigade Jamal Razzouk (au centre, avec les lunettes noires) visite les positions de la zone des cimetières.

L'emblème du groupe comporte la mention "Les Lions de la Sécurité militaire", avec le numéro de la branche (243) et la mention "média militaire". Le lion renvoie évidemment à la dénomination de l'unité et au nom de Bachar al-Assad ("le lion"). On retrouve les couleurs du régime syrien.

L'emblème de la milice.

La branche de la Sécurité militaire à Deir Ezzor dispose d'une page Facebook assez suivie mais en crée une autre, par sécurité, en avril 2017 -à raison puisque la première finit par disparaître quelques mois après que j'ai fait le portrait de l'unité sur mon blog. Sur la page, l'administrateur partage parfois des clichés anciens, comme cette photo remontant à 2009, en février 2017.

Le 4 mai 2016, la page annonce la mort de deux combattants, Abdul Hadi Deeb et Abdul-Karim Shali. Le 9 juillet 2016, la page évoque un des tués de l'unité, Majd Hatoum.

La page fait l'éloge de ces combattants, comme Abou Azzam, surnommé "le lion", ou Abu Zaid Asad. En octobre 2016, elle montre un cliché du général Hassan, le chef des Tiger Forces.

Le 8 décembre 2016, la page poste une photo de Bachar al-Assad, évoquant son discours sur Alep. Autour du 10 décembre, la page communique beaucoup sur la situation à Palmyre, sur le point d'être reprise par l'Etat islamique: preuve que la perspective inquiète les forces du régime à Deir Ezzor. Le 13 décembre 2016, la page se félicite de la libération d'Alep par le régime syrien.

L'armement des combattants sur les quelques clichés disponibles est classique: fusils d'assaut AK et mitrailleuses PK surtout. Quelques véhicules semblent utilisés. En octobre 2016, un homme de la Sécurité militaire tient un RPG-2, arme plus rare, mais relativement fréquente sur le front de Deir Ezzor, dans les deux camps.

Parmi les "likers" de la page Facebook de l'unité, il y a un combattant du régime présent à Deir Ezzor: c'est probablement un 2nd sergent de l'armée de l'air syrienne, si  l'on se fie à un uniforme qu'il porte en septembre 2015. Il se prend en photo dans un bureau des Forces nationales de Défense (on voit leur emblème sur le bureau qu'il occupe) en 2017. Bien que ne faisant pas partie de la milice qui nous intéresse ici, sa page Facebook est intéressante car elle montre aller-retour que les soldats du régime -y compris ceux de la Sécurité militaire- réalisent entre le front et leur localité d'origine.

Durant l'année 2016, ce combattant part (et ce n'est sans doute pas la première fois) à Deir Ezzor le 2 avril. Le 18 avril, il pose avec plusieurs armes différentes au même endroit: AK-74M, AKSU, fusil à pompe. Le 9 août, il est de retour chez lui à Masyaf, dans la province de Hama (il est peut-être originaire de Mahardeh, non loin). Le 30 août, il repart pour Deir Ezzor en passant par l'aéroport international de Damas. Manifestement, il est cantonné avec ses camarades près de l'aéroport militaire, comme le montre un cliché de septembre 2016. Pour les fêtes de la fin de l'année 2016, à partir du 27 décembre, il est de retour chez lui à Masyaf. Le 16 janvier 2017, il est à Qamishli par où transitent les avions du régime qui emmènent les renforts à Deir Ezzor. En janvier-février 2017, plusieurs photos le montrent sur la ligne de front. Le 26 avril 2017, il pose avec le général Zahreddine, qui commande la 104ème brigade de la Garde Républicaine déployée dans la poche. Le 2 mai 2017, il est toujours à Deir Ezzor.

Le sergent de l'armée de l'air qui "like" la page de la milice de la Sécurité militaire pose avec le général Zahreddine.

Des membres de la Sécurité militaire sur le front à Deir Ezzor (22 juillet 2017).

Commentaires

-