Manifestations en Iran: 10 morts dans le centre du pays

Manifestations en Iran: 10 morts dans le centre du pays

Publié le :

Mardi 02 Janvier 2018 - 08:41

Mise à jour :

Mardi 02 Janvier 2018 - 08:42
©AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Neuf personnes, dont six manifestants, un enfant, un policier et un membre des Gardiens de la révolution -l'armée d'élite du régime- ont été tuées dans la nuit dans le centre de l'Iran lors de violences liées au mouvement de contestation qui secoue le pays depuis jeudi, a rapporté mardi la télévision d'Etat.

Les six manifestants ont été tués dans des affrontements avec les forces de l'ordre alors qu'ils tentaient de prendre d'assaut un poste de police de la ville de Qahderijan, dans la province d'Ispahan, a précisé la source.

Pour la cinquième nuit consécutive, des manifestants sont descendus dimanche soir dans la rue dans plusieurs villes du pays, dont la capitale Téhéran, pour protester contre le gouvernement et les difficultés économiques - chômage, vie chère et corruption.

Selon des vidéos mises en ligne par les médias iraniens et sur les réseaux sociaux, les manifestants ont attaqué et parfois incendié des bâtiments publics, des centres religieux, des banques ou des sièges du Bassidj (milice islamique du régime). Ils ont aussi mis le feu à des voitures de police.

Au total, 12 personnes, dont dix manifestants, ont péri dans les violences qui ont émaillé les protestations, parties jeudi de Machhad, la deuxième ville du pays, avant de se propager à travers le territoire.

Les autorités affirment que les forces de l'ordre ne tirent pas sur les manifestants et accusent "des fauteurs de troubles" ou des "contre-révolutionnaires" armés de s'infiltrer parmi eux.

Dimanche soir, huit manifestants ont péri à Toyserkan (ouest) et Izeh (sud-ouest), selon les médias. A Doroud (ouest), deux passagers à bord d'une voiture ont péri quand leur véhicule a été percuté par un camion de pompiers volé par des manifestants qui l'ont lâché du haut d'une pente, selon le préfet. Samedi, deux manifestants avaient été tués.

Les manifestations se sont poursuivies en dépit du blocage par les autorités sur les téléphones portables des messageries Telegram et Instagram, utilisées pour appeler à manifester.

Elles sont les premières de cette ampleur depuis le mouvement de contestation en 2009 contre la réélection de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Trente-six personnes avaient été tuées selon un bilan officiel et 72 selon l'opposition dans la répression de ce mouvement.

Neuf personnes, dont six manifestants, un enfant, un policier et un membre des Gardiens de la révolution ont été tuées dans la nuit dans le centre de l'Iran.


Commentaires

-