Mexique: des suspects avouent le meurtre d'au moins 40 étudiants disparus

Mexique: des suspects avouent le meurtre d'au moins 40 étudiants disparus

Publié le :

Samedi 08 Novembre 2014 - 10:28

Mise à jour :

Samedi 08 Novembre 2014 - 17:51
Une vague d'arrestations au Mexique a conduit les membres d'un groupe criminel du pays à avouer leur responsabilité dans la mort de plus de 40 étudiants. Plusieurs chefs de gangs criminels liés au narcotrafic ont été arrêtés depuis le 26 septembre, date de disparition de 43 jeunes à Iguala (centre du pays). Les autorités restent toujours réservées sur l'identité des corps.
©Tomas Bravo/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Le ministre de la Justice mexicain Jesus Murillo Karam a annoncé, lors d'une conférence de presse vendredi 7, que des membres d'un groupe criminel du pays avaient avoué le meurtre de plus de 40 étudiants. Ces victimes pourraient être parmi les 43 élèves disparus fin septembre.

Selon les aveux des suspects, ce sont des policiers affiliés au groupe criminel Guerreros Unidos qui leur auraient livré les étudiants. Le chef des Guerreros Unidos, Sidronio Casarrubias, avait été arrêté par la police le 17 octobre. Une arrestation suivie par 74 autres. Parmi elles, celle du maire d'Iguala (centre du pays) et son épouse le 4 novembre. Ils sont soupçonnés d'être les instigateurs de l'enlèvement.

Certains corps des jeunes victimes, brûlés sur des bûchers puis dissimumés dans des sacs plastiques et jetés dans une rivière, ont été retrouvés récemment.

Depuis le 26 septembre, les autorités mexicaines et les familles n'avaient aucune nouvelle des étudiants disparus à Iguala à la suite d'une fusillade de policiers supposés liés au narcotrafic. Six personnes avaient trouvé la mort dans l'affrontement et 25 personnes avaient été blessées.

Ces disparitions ont provoqué des manifestations monstres, dans ce pays d'Amérique du Sud souvent décrié pour le caractère arbitraire de sa justice et le double jeu de la police, qui s'arrange avec les criminels, quand ils ne font pas eux même partie des groupes criminels. Le président mexicain Enrique Peña Nieto a promis que justice serait faite. «La capture des instigateurs ne suffit pas, nous arrêterons tous ceux qui sont impliqués».

 

Le ministre de la Justice mexicain, Jesus Murillo Karam, vendredi 7 novembre.


Commentaires

-