Premier dérapage de Anthony Scaramucci, nouveau chef de la communication de la Maison-Blanche, une semaine après son arrivée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Premier dérapage de Anthony Scaramucci, nouveau chef de la communication de la Maison-Blanche, une semaine après son arrivée

Publié le 28/07/2017 à 11:13 - Mise à jour à 11:43
©Anthony Scaramucci/Twitter
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Seulement une semaine après sa prise de fonction Anthony Scaramucci, nouveau directeur de la communication de la Maison-Blanche, s'est déjà fait remarquer. Dans un interview publié jeudi par le magazine "New Yorker", il n'a pas hésité à employer un langage très fleuri à propos de ceux qu'il juge responsables de fuites: Reince Priebus et Steve Bannon.

Arrivé à la tête de la communication de la Maison-Blanche il y a seulement une semaine, Anthony Scaramucci s'est déjà fait remarqué par un dérapage dans les colonnes du magazine New Yorker. Dans un interview publié jeudi 27, "the Mooch" (son surnom, celui qui vit au crochet des autres en français), n'a pas mâché ses mots et à employé un langage très fleuri à propos de ses collègues Reince Priebus et Steve Bannon.

Le premier est chef de cabinet du président Donald Trump et le second l'un de ses plus proches conseiller. Les deux sont accusés par le nouveau chef de la communication d'être à l'origine de fuites dans les médias. Un fait qu'Anthony Scaramucci n'a pas l'air de très bien supporter: "ce que je veux faire c'est tuer tous les putains de gens à l'origine de ces fuites", a-t-il d'ailleurs lancé au journaliste.

Il avait d'ailleurs voulu rencontrer Ryan Lizza, du New Yorker, pour que celui-ci lui révèle qui étaient "les taupes", ce que le reporter n'a pas fait. Le nouveau "dir' com" s'est alors complètement lâché sur ses deux cibles, qualifiant Reince Priebus de "putain de schizophrène paranoïaque", lui donnant au passage un nouveau surnom: "Reince Penis".

Puis est venu le tour de Steve Bannon, qui selon lui est obnubilé par son image dans les médias. "Je ne suis pas Steve Bannon, j'essaie pas de sucer ma propre bite. Je n'essaye pas d'utiliser la putain de force du président pour améliorer mon image de marque. Je suis ici pour servir mon pays", a-t-expliqué.

Des propos d'une violence certaine que "the Mooch" ne s'attendait pas à voir publiés. Sur Twitter, il a tenu à s'expliquer et à garantir qu'il n'utiliserait plus ce "langage coloré" à l'avenir tout en soulignant qu'il ne ferait plus jamais "confiance à un journaliste".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"J'essaie pas de sucer ma propre bite", a lancé Anthony Scaramucci à propos de Steve Bannon.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-