Propos racistes et blagues sexistes: le groupe secret des agents des frontières américains sur Facebook

Propos racistes et blagues sexistes: le groupe secret des agents des frontières américains sur Facebook

Publié le :

Mardi 02 Juillet 2019 - 08:13

Mise à jour :

Mardi 02 Juillet 2019 - 08:16
© GUILLERMO ARIAS / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un site d'information américain a révélé l'existence d'un groupe Facebook secret réunissant des milliers d'agents chargés de surveiller la frontière américaine. Ces derniers multipliaient, sur le réseau social, les propos dégradants à l'encontre des immigrés qui tentent de rentrer aux Etats-Unis, ou de certaines personnalités politiques. 

Après l’image tragique d’un père et de sa petite fille flottant, morts, sur les eaux du Rio Grande, voici une autre affaire qui va relancer la polémique sur les tensions liées à l’immigration sur la frontière américano-mexicaine. Selon des révélations faites par le site Propublica (voir ici), un groupe Facebook caché réunissant environ 9.500 membres, collectionne les propos dégradants sur les immigrés qui tentent de rentrer sur le sol américain. Mais le fait le plus accablant est le profil de ceux qui composent ce groupe : ses membres sont des agents de patrouille aux frontières, en poste ou anciennement en poste.

Le groupe, intitulé "I’m 10-15" ("je suis 10-15", un terme administratif désignant le fait que des ressortissants étrangers soient détenus en cellule) multiplie en effet les plaisanteries douteuses et cruelles. Outre les migrants, deux élues démocrates, d’origine hispaniques, sont régulièrement visées : Alexandria Ocasio-Cortez et Veronica Escobar. Outre les montages sexistes les mettant en scène tantôt avec des migrants, tantôt avec Donald Trump, un message proposait de lancer une cagnotte participative pour récompenser l’agent qui jetterait un burrito (une spécialité culinaire mexicaine) au visage d’une des élues, les deux femmes ayant effectué une visite lundi 1er juillet dans un centre de rétention à Clint au Texas.

Lire aussi - USA: le nombre d'immigrés clandestins au plus bas depuis 2004 (étude)

Selon Propublica, les représentants de la police aux frontières américaines n’a pas encore réagi à ces révélations malgré les demandes du média.

Plusieurs ONG ou responsables politiques américains se sont ému des conditions de détention dans les centres de rétention des immigrés traversant illégalement la frontière américano-mexicaine. Le manque d’hygiène, la surpopulation et les mauvais traitements, y compris sur des femmes ou des jeunes, seraient monnaie courante.

Voir aussi:

L'Australie se félicite d'un nombre d'immigrés au plus bas depuis 10 ans

Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés

Les membres du groupe tenaient des propos dégradants sur les immigrés qui tentent de pénétrer aux Etats-Unis.

Commentaires

-