Quelle est la puissance réelle de la "mère de toutes les bombes" utilisée en Afghanistan par les Etats-Unis? (vidéo)

Quelle est la puissance réelle de la "mère de toutes les bombes" utilisée en Afghanistan par les Etats-Unis? (vidéo)

Publié le :

Vendredi 14 Avril 2017 - 16:13

Mise à jour :

Vendredi 14 Avril 2017 - 16:55
©US Air Force/AFP
PARTAGER :
-A +A

La plus puissante bombe américaine non-nucléaire, larguée jeudi dans l'est de l'Afghanistan, a détruit un réseau de tunnels utilisés par le groupe djihadiste Etat islamique. Malgré le caractère impressionnant de son explosion, sa puissance est relative par rapport aux armes nucléaires.

L'annonce a provoqué en elle-même un petit séisme. Jeudi 12, les Etats-Unis ont utilisé la plus puissante bombe de leur arsenal non-nucléaire contre un complexe montagneux tenu par la branche de l'Etat islamique en Afghanistan, dans la région de Nangarhar, à l'est du pays, tuant 36 djihadistes.

L'utilisation de cette arme en combat est une première depuis son premier test concluant en 2003. La GBU-43/B Massive Ordnance Air Blast Bomb (plus connue sous l'acronyme MOAB), qui signifie "bombe de destruction massive par souffle", est une bombe thermobarique de 9,5 tonnes, guidée par GPS et par gyroscope, offrant donc une précision importante. Chaque bombe coûte 16 millions de dollars et le gouvernement américain en aurait dépensé 314 millions, selon le site militaire Deagel. Il existerait ainsi 20 bombes de ce type.

Elle tire son surnom de "Mother of all Bomb" ("mère de toute les bombes" en anglais) du détournement de l'acronyme Moab. L'engin comporte 8,48 tonnes d'explosif H6, mélange de TNT, de poudre d'aluminium, de cire de paraffine et de composé chimique RDX (cyclotriméthylènetrinitramine). La force développée par son explosion équivaut à celle de 11 tonnes de TNT, soit une force de souffle suffit pour provoquer d'important dégât sur un rayon de 150 mètres autour de son point d'impact.

A titre de comparaison, la première bombe atomique utilisée dans l'histoire, "Little Boy" (largué sur la ville d'Hiroshima le 6 août 1945), équipé d'une charge explosive à l'uranium enrichi, développait une puissance égale à 15.000 tonnes de TNT. Son explosion a provoqué la mort de 70.000 personnes et des dégâts matériels sur 12 kilomètres.

La GBU-43 développe donc une puissance plus ou moins équivalente avec la plus petite arme nucléaire produite, la M-29 Davy Crockett Weapon System, mis au point dans les années 50 par les Etats-Unis. Elle devait permettre de provoquer de lourdes pertes dans les rangs adverses et de contaminer une zone de combat pour 48h du fait des retombées radioactives de son explosion.

Le développement des bombes à effet de souffle remonte à la guerre du Vietnam, lorsque l'armée américaine a mis au point un projectile baptisé "Daisy Cutter" ("coupeur de marguerite") afin de pouvoir dégager rapidement des surfaces de jungle pour permettre aux hélicoptères de se poser.

En 2007, la Russie a annoncé avoir mis au point et testé une bombe quatre fois plus puissante que la MOAB, dont l'explosion développerait l'équivalent de 44 tonnes de TNT. La bombe russe libère tout d'abord un nuage de combustible de 300 mètres de rayon qui se mélange à l'oxygène ambiant. Puis une seconde explosion enflamme le nuage, faisant le vide dans toute la zone d'explosion et brûlant tout ce qui s'y trouve. Pied-de-nez aux Américains, elle est surnommé "le père de toutes les bombes". 

L'utilisation de cette arme en combat est une première depuis son premier test concluant en 2003.


Commentaires

-