Réfugiés: plus de 70 millions de "déracinés" dans le monde en 2018

Réfugiés: plus de 70 millions de "déracinés" dans le monde en 2018

Publié le :

Mercredi 19 Juin 2019 - 12:50

Mise à jour :

Mercredi 19 Juin 2019 - 13:06
© Ed JONES / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU a annoncé ce mercredi que le nombre de personnes "déracinées" (les réfugiées) avait une nouvelle fois battu un record en 2018. Le rythme des départs contraints s'intensifient alors que les solutions pour permettre un retour avancent moins vite.  

"Une fois encore, les guerres, la violence et les persécutions ont généré un niveau record de déplacements de populations à travers le monde". Les premiers mots du rapport annuel du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU témoignent de l'ampleur du phénomène.

Selon cette enquête, en 2018, 70,8 millions de personnes vivaient en ayant dû fuir leur foyer. Un nombre jamais atteint et qui a été multiplié par deux en 20 ans, mettant en avant une instabilité croissante dans de nombreuses régions du monde.

Voir: Syrie - les donateurs veulent aider les réfugiés, pas le régime

Ce chiffre des déracinés ne doit cependant pas être interprété comme un miroir des mouvements migratoires. "Les déplacements massifs à travers les frontières internationales ne sont pas aussi fréquents que le nombre de 70,8 millions de personnes laisse entendre. Près de deux tiers des personnes déracinées sont des déplacés internes au sein de leur propre pays. Ils n’ont pas quitté leur patrie".

"Seulement" 25,9 millions de réfugiés ont dû traverser les frontières pour se mettre à l'abri. Parmi eux, près 5 millions sont des Palestiniens. Par ailleurs, le chiffre de 70 millions reflète les personnes vivant en 2018 en situation de déracinement. Il prend donc en compte ceux qui ont quitté leur région ou leur pays les années précédentes et n'ont pas pu y retourner depuis.

"Au total, environ 13,6 millions de personnes ont été nouvellement déplacées au cours de l’année 2018 en raison de guerres ou de persécutions, soit un nombre équivalent à la population de Tokyo et supérieur à celle de Moscou ou Manille", précise le rapport du HCR. "L’augmentation du nombre de personnes déracinées a continué de dépasser le rythme auquel des solutions sont trouvées pour les personnes qui le deviennent. Avec les réfugiés, la meilleure solution est de pouvoir rentrer chez soi volontairement, dans la sécurité et la dignité", alarme-t-il.

Lire aussi:

Quand l'Europe permet à des réfugiés d'enseigner à l'université

Expulsion vers l'Erythrée: le signe d'une "politique inquiétante" (La Cimade)

Le nombre de réfugiés a encore augmenté en 2018.

Commentaires

-