Syrie: l'ONU vote une résolution à l'unanimité

Syrie: l'ONU vote une résolution à l'unanimité

Publié le :

Samedi 19 Décembre 2015 - 12:04

Mise à jour :

Samedi 19 Décembre 2015 - 12:15
©Timothy A. Clary/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté vendredi à l'unanimité une résolution pour aller vers un processus de paix en Syrie. L'obtention d'un accord a cependant nécessité que soit laissés en suspens plusieurs points, notamment le sort de Bachar al-Assad.

Les négociations ont été difficiles et il reste encore bien des points à éclaircir, mais le Conseil de sécurité de l'ONU a fini par adopter vendredi 18 une résolution pour arriver à un cessez-le-feu et une transition politique en Syrie. Surtout, les mains des représentants russe et américain se sont levées ensemble pour valider ce texte, adopté à l'unanimité.

Cette résolution reprend les grandes lignes de la feuille de route établie à Vienne le 14 novembre dernier. Elle vise donc à obtenir un cessez-le-feu entre l'armée régulière fidèle à Bachar al-Assad et les différents groupes rebelles dès le mois de janvier 2016. Cela doit permettre l'ouverture de négociations entre les belligérants puis une "transition politique" dans les six mois et des élections libres dans les 18 mois.

La route jusqu'à cette solution reste cependant semée d'embûches diplomatiques. Car si la ligne directrice a été votée, des point loin d'être anecdotiques restent à valider. La résolution prévoit en effet que le cessez-le-feu ne concerne pas les organisations terroristes qui opèrent en Syrie.

L'Etat islamique (Daech) et le Front Al Nosra ont d'ores et déjà été exclus. Mais le problème demeure pour les autres organisations opposées à Bachar al-Assad. Pour l'Iran et la Russie, soutiens du président syrien, toutes doivent être considérées comme des groupes terroristes. Un point de désaccord avec la France et les Etats-Unis notamment qui devra être réglé pour réussir une transition efficace.

Le sort de Bachar al-Assad n'a pas non-plus été déterminé. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius comme son homologue américain John Kerry ont déjà affirmé qu'il ne saurait faire partie de l'avenir de la Syrie. Ce à quoi s'oppose formellement la Russie. Pour obtenir le début d'une solution à ce conflit qui a fait au moins 250.000 victimes en plus de quatre ans, l'ONU a décidé de laisser ce point en suspens. 

 

La résolution a été adoptée vendredi par tous les membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Commentaires

-