Ukraine: l'ONU craint une "guerre totale" dans l'est du pays

Ukraine: l'ONU craint une "guerre totale" dans l'est du pays

Publié le 13/11/2014 à 09:14 - Mise à jour à 11:43
©Maxim Zmeyev/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Maxime Macé

-A +A

L'ONU craint le retour de la guerre dans l'est de l'Ukraine depuis l'arrivée de convois militaires russes dans cette zone il y a quelques jours.

Depuis deux mois, une trêve fragile s'est installée entre les autorités ukrainiennes et les séparatistes de l'est du pays soutenus par la Russie. Mercredi 12, Kiev a annoncé se préparer au combat en réaction à une concentration de troupes russes dans l'Est séparatiste pro-russe confirmée par l'Otan.

Face au risque d'escalade militaire, le conseil de sécurité de l'ONU (où siège la Russie) s'est réuni en urgence pour essayer de trouver une solution pacifique à ce conflit. L'organisation des Nations-Unies a fait part de sa crainte de voir "un retour à une guerre totale dans l'est de l'Ukraine".

Le ministère russe de la Défense a rejeté comme "sans fondements" les accusations du commandant en chef de forces alliées de l'Otan en Europe, Philip Breedlove, sur l'arrivée dans l'est de l'Ukraine de convois militaires russes.

Le conflit entre armée gouvernementale ukrainienne et séparatistes pro-russes qui embrase la région du Donbass a fait plus de 4.000 morts depuis la mi-avril. Le cessez-le-feu conclu le 5 septembre par Kiev et les séparatistes est pratiquement caduc.

Les hostilités ont gagné en intensité depuis les élections organisées le 2 novembre dans les zones séparatistes, un scrutin rejeté par Kiev et l'Occident, mais reconnu de facto par la Russie. Des tirs d'artilleries ont été entendus mercredi à Donetsk, bastion des insurgés, tandis que Kiev craint une offensive des séparatistes sur le port stratégique de Marioupol sur la mer Noire dans les prochains jours.

Mardi 11, la chancelière allemande Angela Merkel avait indiqué que l'Union européenne ne prévoyait pas de nouvelles sanctions contre la Russie, mise à part la possibilité d'allonger la liste des responsables ukrainiens pro-russes visés par les sanctions existantes. Une position décriée à Kiev, où les autorités gouvernementales demandent à l'Union européenne et aux Etats-Unis d'être beaucoup plus fermes.

Le dossier ukrainien doit être abordé lors qu'une rencontre interministérielle à Bruxelles lundi 17 novembre.

Auteur(s): Maxime Macé


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


Des checkpoints ont été installés dans la ville séparatiste de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-