Yémen: après deux ans de guerre, la population en proie à la famine

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Yémen: après deux ans de guerre, la population en proie à la famine

Publié le 23/03/2017 à 10:56 - Mise à jour à 11:20
© Mohammed HUWAIS / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après deux ans de guerre, la famine menace le Yémen. Les ONG présentent sur place connaissent de très grandes difficultés à apporter leur aide à la population et tentent d'avertir le monde de "la grave crise humanitaire" que traverse le pays.

C'est "la plus grave crise humanitaire du monde" ont estimé les ONG présentes au Yémen. La guerre peu médiatisée qui ravage le pays entrera dans sa troisième année le dimanche 26. A ce stade, les ONG s'alarment d'un début de famine. "Certaines zones sont en situation de préfamine, voire de famine. La situation se dégrade de manière accélérée. Mais les données précises sont impossibles à obtenir", a annoncé l'organisation Action contre la faim. Elle ajoute que "462.000 enfants de moins de cinq ans sont en danger de mort immédiat, souffrant de la forme la plus grave de malnutrition".

En 2015, une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite venait en aide aux autorités yéménites pour repousser les rebelles houtnis qui envahissaient le pays. Ces derniers restent aujourd'hui en position de force sur la majorité du territoire qu'ils contrôlent à 80%, dont la capitale Sanaa. Les yéménites se retrouvent donc après deux ans de conflits isolés et les organisations humanitaires n'ont pas accès à la population, rendant impossible des soins et des aides alimentaires.

La famine menace aujourd'hui 19 millions de personnes dans ce pays considéré comme le plus pauvre de la péninsule arabique. L'ONU avance le lourd bilan de 7.700 morts et 42.500 blessés depuis le début de la guerre. Le pays subit les bombardements de la coalition arabe et un blocus qui place 70% de la population en insécurité alimentaire.

Citée par Libération, Hélène Quéau de Première Urgence explique les difficulté des humanitaires à intervenir: "les infrastructures routières sont détruites totalement ou partiellement, l’accès aux aéroports et aux ports est très compliqué, les bombardements de la coalition arabe limitent les déplacements".

Avant le début de la guerre, le Yémen était déjà très affaibli par une guerre civile débutée en 2011.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Sur place, 462.000 enfants de moins de cinq ans sont en danger de mort immédiat, souffrant de la forme la plus grave de malnutrition.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-