Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 21 octobre, 21:56
Accueil > Pratique > Médecine > L’alcoolisme chez les jeunes devient un fléau national

L’alcoolisme chez les jeunes devient un fléau national

Médecine


Les chiffres et les études sont hélas éloquents : les jeunes boivent de plus en plus, et de plus en plus tôt, dès 13 ou 14 ans ! Et ce malgré les campagnes de prévention et la récente interdiction de vente d’alcool aux mineurs.



Les jeunes Français consomment de plus en plus d’alcool. Les hospitalisations de mineurs pour éthylisme aigu sont en constante progression : de 5.239 cas en 2006, elles sont passées à 7.043 l’an dernier. Si le ministère de la Santé constate une même évolution quel que soit l’âge des patients, des services d’urgence, comme des psychiatres spécialistes des adolescents, confient toutefois leur inquiétude. Leur constat : ces ivresses avancées concernent des enfants de plus en plus jeunes, et, fait nouveau, un nombre croissant de filles. « Quand on voit une adolescente arriver avec 3,16 g d’alcool dans le sang, bien sûr c’est choquant. », dit Philippe Arvers, médecin militaire du Centre de recherche en alcoologie à Grenoble, tout en considérant le phénomène comme très ponctuel. Toutefois, selon les résultats de la dernière enquête Espad (European School Survey on Alcohol and Other Drugs, réalisée en 2007 auprès d’élèves de 16 ans dans plus de 35 pays européens en 2007) : quatre jeunes Français sur dix déclarent avoir bu plus de 5 verres en une même occasion, au cours des trente derniers jours. Par ailleurs, toujours selon cette étude, la consommation régulière augmente : près d’un garçon sur cinq, et près d’une fille sur dix déclarent boire au moins dix fois par mois.

Les apéros géants n’ont rien arrangé…

« Ce qui a changé, c’est surtout la visibilité du phénomène », analyse Marie Choquet, épidémiologiste à l’Inserm. « Avant, on laissait les gens cuver dans un coin. Aujourd’hui, on les amène à l’hôpital, on les soigne, et on voit si cela cache des problèmes. C’est positif. » La vogue des apéros géants a également mis en lumière cette alcoolisation des jeunes. Chaque semaine, de nouveau rendez-vous sont organisés. Certains autorisés car sans alcool, d’autres maintenus illégalement ou interdits comme celui de Reims ce jeudi.

Pour le sociologue Thierry Morel, les adeptes de ces rassemblements festifs sont des jeunes « normaux », issus de la classe moyenne ou des beaux quartiers, c’est-à-dire bien insérés socialement et scolairement. Ils utilisent l’alcool pour « se lâcher ». « Les apéros géants sont pour eux un moyen de se réapproprier l’espace public. Plus on les interdira, plus on ira vers des débordements incontrôlés. Il y a toujours une dimension transgressive dans la fête. Cela interroge notre société qui supporte mal la moindre prise de risque », décrypte-t-il. D’autant que lors d’autres événements, comme les ferias par exemple, les abus sont tolérés voire encouragés… Une incohérence dont certains parents sont conscients : « Nos enfants nous voient faire la fête et boire de l’alcool. Difficile de leur dire : “Ne fais pas comme moi”, alors que les ados sont à l’affût de la moindre contradiction », considère Gwenaëlle, 40 ans, maman d’un ado en Bretagne.

Pour Daniel Bailly, pédopsychiatre au CHU de Marseille, on se trompe de cible : le problème n’est pas le produit, mais ce qui conduit un jeune à adopter ce type de conduite à risques. « En ce moment, c’est l’alcool. Il y a cinq ans, c’était le cannabis. Ceux qui développent une véritable dépendance sont ceux qui vont mal depuis longtemps : troubles anxieux, dépressifs, conduites antisociales… La consommation d’alcool leur apparaît comme une solution. »

Pour rendre la prévention efficace, il suggère d’adopter deux stratégies distinctes : la première consisterait à repérer les enfants à risque, tandis que l’autre viserait l’ensemble des adolescents, via des actions concertées entre l’école et les parents. C’est l’un des objectifs du plan « santé école » préparé par le ministre de l’Education, Luc Chatel, et la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. En attendant, en dépit de l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs de moins de 18 ans, mise en place à l’été 2009, les jeunes n’ont aucune difficulté à s’en procurer. Pour les commerçants, déterminer l’âge du client n’est pas si simple. Fin avril, une épicière du Calvados a ainsi été condamnée à 1.000 € d’amende avec sursis pour avoir vendu une bouteille de vodka à une jeune fille de 14 ans qui séchait les cours avec des copines. « Je n’ai absolument rien remarqué. Je leur ai dit “Bonjour mesdames” », a-t-elle plaidé au tribunal.


Par Juliette Demey
C'est sur France Soir !

Réactions à cet article5 commentaires

  • Par Anonyme-77656, le 2 juin à 13:01

    Anonyme-77656
    Responsabilité

    Le seul danger dans cette histoire , est la conduite d`un véhicule de la part de ces jeunes aprés avoir bu.

    Pour le reste , s`ils veulent se " flinguer " la santé en s`imbibant réguliérement d`alcool , c`est leur probléme.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 3 juin à 08:45

    Anonyme-77656
    Les adolescents et l’alcool

    Dans L’Essentiel Cerveau&Psycho n°1, consacré à Drogues et Cerveau, Marie Choquet et Philippe Arvers ont écrit un article sur le sujet.


    En plus des conséquences somatiques, il y a les conséquences sociales, avec les comportements à risque :

    - Rapports sexuels à risques : le risque de grossesses non désirées et d’infections sexuellement transmissibles est multiplié par quatre ;

    - Comportements violents ;

    - Absentéisme et baisse des performances scolaires et/ou professionnelles ;

    - Risque accru d’accidents de la route.


    Sans oublier le risque de dépendance à l'alcool.



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 4 juin à 10:48

    Anonyme-77656
    voilà! mon combat:

    Bonjour: je suis une personne déçus de certain comportement d'adulte qui pousse les jeunes à boire, je vois mon fils, qui a 20 ans, lui qui étè contre, aujourd'hui, grâce a c'est adulte et surtout cette femme horrible qui voudrais, que tout le monde sois comme elle! pousse les jeunes et les homme faible a boire: et induit, tout le monde en erreur, même les personne agée, cela me rends triste, car, j'ai tout fait pour que mes enfants n'y touche pas, et voilà, que dehors on lui dit autre choses: que faire! elle débauche tout le monde celle là! je trouvais que des gens comme cela devrais être surveillez de prés, car c'est trés dangeureux pour la Sociétè, des gens comme ça, qui pousses tout le monde dans sa spirale infernal, il faut seulement le voirs pour le croirs, Franchement, oui: Moi, j'ai trés peur pour mes enfants qui son asses vulnérable et ne veule pas dire non, de peur de ce retrouver seul, sans amis et pas comme les autres, il y a des moments où il ai agressive avec moi: alors, j'essais de gérée le probléme comme je peuts, afin de l'apaisser de mieux que je peuts, je doit remercier qui! a votre avis: les adultes, cette femme où c'est mauvaises relation! je ne sais pas, mais dans tout les cas, c'est trés nulle, d'induire les jeunes en erreur, et leur faire croire qu'il faut profiter de la vie de cette façon mortel: c'est franchement trés nulle, minable et puéril: A Bientôt: l'anonyme



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 16 juin à 23:20

    Anonyme-77656
    petite question à

    petite question à svetlana


    ..........."Pour le reste , s`ils veulent se " flinguer " la santé en s`imbibant réguliérement d`alcool , c`est leur probléme."


    AVEZ-VOUS DES ENFANTS SVETLANA??



    - Signaler un abus  
  • Par Anonyme-77656, le 10 nov à 11:25

    Anonyme-77656
    l'alcoolisme chez les jeunes

    J'ai un petit-fils qui a commencé à boire de l'alcool très jeune,

    même pas dix ans. les parents lui versaient du vin dans de l'eau.

    Maintenant, il a un peu plus de 18 ans, il se prend pour un homme,

    il s'est énivré quelques fois avec des alcools forts.

    Mon fils, son père, trouve normal qu'à 18 ans, de temps en temps

    avec des copains, son fils rentre ivre.

    Sportif, il ne fume pas pour l'instant mais que de temps en temps

    il rentre bourré , je ne peux je cautionner.

    Je ne bois aucun alcool ni ne fume , ni ne joue à aucun jeu de

    hazard.

    C'est triste de voire cette jeunesse dépendante de l'alcool et

    du tabac.



    - Signaler un abus  

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403640 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238710 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186380 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur