Les acteurs James Franco et Seth Rogen nus… pour parodier le piratage de Sony

Simple appareil

Les acteurs James Franco et Seth Rogen nus… pour parodier le piratage de Sony

Publié le :

Mardi 09 Décembre 2014 - 13:07

Mise à jour :

Mardi 09 Décembre 2014 - 15:34
James Franco et Seth Rogen ont tourné en dérision le piratage de Sony, qui s'est déroulé début décembre. Des films et des informations sensibles sur les employés (dont les deux acteurs font partie) avaient été dérobés par les hackers. James Franco, lui, préfère en rire.
©Instagram
PARTAGER :
-A +A

"Mieux vaut en rire que d'en pleurer". Un dicton que l'acteur James Franco a fait sien pour parodier –de manière très osée– le piratage de la société Sony, qui l'emploie, au cours duquel des films et de nombreuses informations sensibles ont été volées par des hackers.

Aux commandes du Saturday Night Live, une émission américaine dont le concept est d'être animée par des présentateurs d'un soir célèbres, ce samedi l'acteur a fait un pied de nez tout en humour aux hackers qui auraient notamment dérobé son dernier film (L'interview qui tue, une comédie potache qui tourne autour d'une tentative d'assassinat du leader nord coréen Kim Jong-un) ainsi que des détails sur ses cachets, etc., avant de les mettre en ligne. On avait ainsi découvert que pour son (fameux?) dernier film, l'acteur-réalisateur a empoché 8,4 millions de dollars.

Rebondissant sur la polémique des photos intimes de stars dérobées et publiées sur Internet cet été, James Franco et son complice Seth Rogen ont dévoilé de bien embarrassantes (mais fausses) photos d'eux dénudés. Une autodérision hilarante et qui fait mouche. James et Seth en slip, Franco et Rogen sur les genoux du père Nöel… il y en a pour tous les –mauvais– goûts.

Alors que la Corée du Nord a été soupçonnée d'être à l'origine de l'attaque informatique et du vol de données contre Sony, les autorités du pays le plus fermé au monde ont nié toute implication. Un porte-parole de Kim Jong-un a toutefois cru bon d'ajouter que le film L'interview qui tue "encourageait un acte terroriste à l’encontre de la dignité du leader suprême".

 

Les deux compères n'ont pas hésité à payer de leur personne pour cette parodie…

Commentaires

-