Chômage partiel de longue durée, une application dès le 1er juillet

Chômage partiel de longue durée, une application dès le 1er juillet

Publié le 26/06/2020 à 07:00 - Mise à jour à 10:27
PASCAL GUYOT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Alors que les plans sociaux se multiplient, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de préserver l’emploi et d’atténuer le risque d’une vague de licenciements.

Le président de la République, Mr Emmanuel MACRON, a reçu, le 24 juin dernier, les partenaires sociaux pour leur détailler les décisions prises en la matière. L’activité partielle (ou chômage partiel) fait partie des principaux amortisseurs, choisis par le gouvernement.

L’activité partielle de longue durée pour sauver les emplois

A partir du 1er juillet, l’activité partielle de longue durée (APLD) pourra être activée par les entreprises évoluant dans des secteurs « durablement impactés » par la crise. L’entreprise pourra placer tout ou partie de ses employés en chômage partiel, à condition que la charge de travail atteigne au minimum 60 % du temps de travail du salarié. En d’autres termes, un salarié soumis aux 35 heures de travail hebdomadaire pourra ne travailler que 21 heures.

Le salarié percevra entre 70 et 100 % de sa rémunération, à condition que celle-ci ne dépasse pas 4.5 SMIC (6927 € bruts mensuels). L’Etat remboursera les entreprises à hauteur de 85 % des sommes engagées et même 90 % pour les salariés au SMIC. Le dispositif est appelé à durer et à évoluer pour répondre au mieux aux besoins des entreprises.

D’un autre côté, le Chef de l’Etat a confirmé que le chômage partiel, tel qu’il a été mis en place dès le début du confinement, est maintenu jusqu’au 1er octobre prochain même si les conditions sont appelées, là-aussi, à évoluer.

 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Protéger les emplois à tout prix, la nouvelle donne pour le gouvernement

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-