Entreprendre en période de confinement, une nécessité pour se projeter dans l’avenir

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Entreprendre en période de confinement, une nécessité pour se projeter dans l’avenir

Publié le 26/04/2020 à 21:55 - Mise à jour le 27/04/2020 à 18:34
Lionel BONAVENTURE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Si le confinement a marqué l’arrêt brutal de l’activité pour de nombreuses TPE/PME, certaines ont dû continuer à innover et entreprendre pour pouvoir surmonter cette période. Retour sur un exemple réussi dans le département de l’Isère.

Créateur en 2006 et chef d’entreprise depuis, Mr Alain Voisin a, comme bon nombre d’entrepreneurs et de TPE/PME, connu un effondrement de son activité depuis le début du confinement. L’entreprise, qu’il a créée en 2006, spécialisée dans l’entretien et la restauration de voitures de collection. La baisse conséquente du chiffre d’affaires, les angoisses pour l’avenir de son entreprise, les tracas pour la mise en place du chômage partiel pour son employé, autant d’obstacles à surmonter, pour lesquels aucun entrepreneur n’était préparé.

Rebondir et garder l’esprit d’entreprise

D’autant plus que depuis plus de 10 ans, l’entrepreneur isérois avait réussi à concrétiser des projets ambitieux, en s’efforçant de perpétuer un savoir-faire et de promouvoir la qualité du travail, des efforts récompensés en 2019 avec l’obtention du label officiel d’Entreprise du Patrimoine Vivant.

Souhaitant rester fidèle à son dynamisme et à son envie d’ "être utile ", Mr Voisin travaille alors d’arrache-pied avec un de ses partenaires, pour élaborer un désinfectant virucide, efficace contre les coronavirus notamment. Immédiatement sollicité par un acteur majeur de la Grande Distribution, Mr Voisin décide de commercialiser son virucide pour faire face aux nombreux besoins des entreprises, des commerçants et des particuliers.

Si le désinfectant virucide sans alcool Made in France représente une solution efficace et adaptée, entreprendre en temps de confinement représente une difficulté supplémentaire : respecter les règles de distanciation sociale pour la commande et la livraison des étiquettes, trouver des bidons de 5 ou 10 litres, quand la majorité de la production actuelle est réservée pour le gel hydroalcoolique, obtenir les certifications officielles.

Lire aussi : 

Comment bien décider, les bonnes habitudes à (re)prendre.

La résolution des conflits par médiation en période de crise.

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Une initiative Made in France pour se projeter dans l'avenir

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-