Succès de Vinted: un danger pour la fast fashion (H&M, Zara)?

Succès de Vinted: un danger pour la fast fashion (H&M, Zara)?

Publié le 07/02/2020 à 10:59
David Dee Delgado / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Acheter des vêtements d’occasion est devenu très tendance, et le phénomène devrait se confirmer. Les consommateurs, toujours plus friands de fripes et de bonnes affaires ont aussi des préoccupations environnementales. Sur internet, certains acteurs ne s'y sont pas trompés. Un danger pour les marques de fast fashion comme H&M et Zara.

S'offrir des vêtements de qualité et d'occasion n'est plus réservé à certains quartiers chics de Paris où des boutiques spécialisées existent depuis des décennies. C'est aujourd'hui tendance sur internet et avec un autre type de clientèle.

À lire aussi: La collecte de vêtements chez Zara et H&M a-t-elle vraiment un impact?

10 millions d'utilisateurs en France 

Vinted est l’un des 5 sites les plus consultés en France fin 2019 (étude Médiamétrie)? Cette "start-up"  lituanienne, rencontre un vrai succès, principalement les 15-35 ans. Portée par la tendance de la «dé consommation», l’application permet à tout un chacun de vendre et d’acheter des vêtements aux autres membres de la communauté. Quelques mois ont suffi à Vinted pour attirer plus de 10 millions d’utilisateurs en France, confirmant que le marché de la fripe connait un second souffle avec la Toile.

L’Institut France de la Mode (IFM) a réalisé une vaste enquête valorisant ce marché des vêtements d’occasion à un milliard d’euros avec des perspectives de croissance à deux chiffres. Si moins de 15 % des Français avouaient avoir acheté un vêtement d’occasion en 2010, ils étaient deux fois plus nombreux (30 %) en 2018.

L’occasion taille des croupières à la mode ultra-tendance

Et cette économie circulaire inquiète les acteurs historiques du marché de la mode. Le site Thredup prévoit ainsi que le marché d’occasion devrait surpasser celui de la Fast Fashion à l’horizon 2028, que ce soit aux États-Unis ou sur le vieux continent. Les entreprises traditionnelles de ce commerce de la mode ont déjà bien intégré cette évolution profonde dans la façon de "consommer" les vêtements, puisqu’elles comptent bien ne pas se laisser distancer. H&M a déjà investi dans une société de seconde main en Suède, des marques prestigieuses comme Levi’s ou même North Face commercialisent des lignes de vêtements déjà portés. 

À lire aussi: Une fillette "à vendre" 1.000 euros sur Vinted

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Bientôt des défilés de mode d'occasion?

Fil d'actualités Lifestyle