Fraude au chômage partiel : des centaines d’entreprises dans le collimateur

Fraude au chômage partiel : des centaines d’entreprises dans le collimateur

Publié le 28/07/2020 à 13:51 - Mise à jour à 14:10
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Des entreprises auraient-elles profité de la crise sanitaire et du confinement pour mettre leurs salariés au chômage partiel aux frais de l’Etat ? Au moins 700 d’entre elles sont suspectées de fraude et 700 d’escroquerie, annonce Elisabeth Borne. 
 
La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion était l’invitée de la radio RTL ce mardi 28 juillet. Elle a livré ces premiers chiffres en distinguant les escroqueries des fraudes. 
 
Les premières consistaient le plus souvent en des demandes transmises par télédéclarations qui usurpaient la raison sociale et le numéro SIRET d’entreprises ne demandant pas à bénéficier du chômage partiel. Les secondes étaient commises par des entreprises réclamant les aides à l’activité partielle mises en place par l’Etat alors que leurs salariés étaient en réalité au travail. 
 
50000 contrôles
Le 10 juillet, déjà, le Parquet de Paris avait parlé de « fraudes massives », impliquant des flux financiers internationaux et ayant engendré « plus d’1,7 million d’euros de préjudice ». 
 
Elisabeth Borne a donc apporté davantage de précisions ce mardi. Au total, 25000 contrôles ont d’ores et déjà été réalisés et 50000 le seront d’ici la fin de l’été. L’ensemble des dossiers suspects sera transmis à la justice, a-t-elle souligné.
 
La ministre n’a aucunement mis en cause la mesure mise en place durant la crise sanitaire, bien au contraire. Elle l'a jugé « indispensable », rappelant que 9 millions de salariés français ont pu bénéficier du chômage partiel grâce à la prise en charge de l’Etat. 
 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Elisabeth Borne a donné des chiffres ce mardi

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-