Croissance: l'Insee optimiste pour 2015, Hollande se dit "en ligne"

Croissance: l'Insee optimiste pour 2015, Hollande se dit "en ligne"

Publié le :

Vendredi 19 Décembre 2014 - 07:38

Mise à jour :

Vendredi 19 Décembre 2014 - 09:04
François Hollande s'est dit "en ligne" avec les prévisions de l'Insee prévoyant un rebond de la croissance française en 2015, publiées jeudi 18. Le chômage ne devrait toutefois pas baisser.
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

"Les freins se desserrent un peu". Le titre de la dernière note de conjoncture de l'Insee est à lui seul révélateur. Révélateur d'une économie qui devrait –timidement– redémarrer en France en 2015, mais insuffisamment pour faire baisser le chômage.

Après une année 2014 de quasi-stagnation (0,4% de croissance), l'Insee pronostique que l’économie française devrait retrouver "un peu d’élan" début 2015. Les prévisions d'"acquis de croissance" pour la mi-2015 (à savoir ce que serait la croissance si l’activité stagnait) sont ainsi de 0,7%.

Mieux, en glissement annuel (juin 2015 par rapport à juin 2014), le Produit intérieur brut (PIB) français augmenterait de 1%. Un chiffre qui n'a plus été enregistré depuis plus de quatre ans, c'était lors de l'été 2011.

Dans le détail, de nombreux voyants sont au vert (pâle). Le climat des affaires s'améliore, notamment dans l'industrie manufacturière. L’Insee fait ainsi observer que les industriels sont bien plus optimistes quant à leurs perspectives de production, ce qui suggère une accélération au premier trimestre 2015.

Autre point positif: le redémarrage mondial. Après avoir très fortement ralenti ces dernières années, les échanges internationaux repartent et pourraient même, au premier semestre 2015, se rapprocher de leurs tendances d'avant crise.

Enfin, la chute du cours du pétrole, au plus bas depuis des années, ainsi que la baisse de l'euro. Deux critères qui dopent les marges des sociétés françaises et permettent une baisse des prix à la consommation, ce qui se ressent sur le pouvoir d'achat des ménages, moteur historique de la croissance française.

Pour autant, ce rebond de l'économie serait insuffisant pour faire baisser le chômage, selon l'Insee. Ainsi, les créations nettes d'emplois (18.000 sur le premier semestre 2015) seront insuffisantes pour compenser l'augmentation naturelle de la population active. Au passage, l'Institut met en exergue l'impact positif de la montée en charge du Crédit impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du Pacte de responsabilité et de solidarité, qui pourraient créer 24.000 emplois.

François Hollande s'est satisfait, jeudi 18, de ces prévisions, estimant qu'elles sont "en ligne" avec celles du gouvernement. Reconnaissant que ce léger sursaut "suffisant" pour faire baisser le chômage, le chef de l'Etat a pointé la nécessité d'être "encore plus compétitif" et de faire "plus de croissance que les autres à moyen et long terme" avec des réformes comme la loi Macron.

 

François Hollande a pointé la nécessité d'être "encore plus compétitif", jeudi 18 décembre.


Commentaires

-