La "ville intelligente", un des chevaux de bataille de Christian Estrosi

La "ville intelligente", un des chevaux de bataille de Christian Estrosi

Publié le :

Mercredi 26 Novembre 2014 - 15:01

Mise à jour :

Jeudi 27 Novembre 2014 - 18:45
Le député-maire de Nice Christian Estrosi a évoqué, mercredi à Paris, les réalisations et les projets de sa Maison de la Métropole Nice Côte d'Azur en matière de nouvelles technologies. Il a rencontré plusieurs décideurs et chefs d'entreprise qui ont donné leur vision de la "ville intelligente" et connectée.
©Ville de Nice
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

Christian Estrosi a réuni, mercredi à Paris, une trentaine de chefs d'entreprise et d'investisseurs installés dans la Métropole Nice Côte d'Azur ou désireux de le faire. Le député-maire UMP de Nice veut faire la promotion de sa région, et a pour cela installé dans la capitale une antenne permanente de cette métropole, créée le 1er janvier 2012 par regroupement de 49 communes, une structure à ce jour unique en France.

Il a notamment été question, lors de cette matinée, de "la ville intelligente" (en anglais "smart city"): Nice s'enorgueillit, depuis plusieurs années, d'être une des municipalités les plus "connectées" et les plus ouvertes aux nouvelles technologies. "La ville intelligente est la seule qui, demain, pourra attirer des investissements et être un facteur de croissance", a dit M. Estrosi.

Fier d'abriter dans sa Métropole Nice Côte d'Azur "une belle pépinière d'entreprises, avec 47 start-up", l'ancien ministre de l'Industrie veut y attirer encore davantage de sociétés, en leur offrant un environnement technologique de pointe et en leur promettant qu'il n'augmentera pas leur fiscalité. "Je ne crois qu'à une chose (…): il n'y a que par l'innovation, il n'y a que par les territoires que nous pourrons regagner des points de croissance", a-t-il affirmé.

Christian Estrosi veut organiser chaque mois de telles réunions de décideurs, chefs d'entreprise et investisseurs dans son antenne parisienne de la Métropole Nice Côte d'Azur.

Parmi ceux qui ont pris la parole ce mercredi 26, André Dan, expert en innovation et cofondateur de la société de conseil Challengy, a expliqué que cinq grandes tendances se dégageaient dans les actions mises en œuvre par les "villes intelligentes" dans le monde: un aspect social et sociétal visant à "rapprocher les gens"; insister sur "la participation et la collaboration" des différents acteurs; "faire grandir les talents là où ils sont"; proposer un cadre de vie adapté "à la fois personnel et professionnel"; et se baser sur "une économie locale forte qui vise aussi l'autosuffisance".

Isabelle Weill, présidente de l'Association RMC/BFM, a parlé de son action de lutte contre l'arrêt cardiaque, qui fait 50.000 morts en France chaque année faute d'une bonne connaissance des gestes qui sauvent ou de la présence de défibrillateurs. Grâce à l'action de son association, le pourcentage des personnes sauvées est passé de 2% à 6%, notamment grâce à son application Staying Alive: téléchargée 600.000 fois, en 13 langues, elle localise les défibrillateurs et rappelle les gestes qui sauvent.

Robert Vassoyan, directeur général pour la France du géant américain de l'informatique Cisco, a expliqué ce qu'était une "ville intelligente": "c'est une ville qui a compris que le numérique est aussi vital que l'eau, l'électricité, la voirie, les transports, l'énergie au sens large". Pour lui, le monde industrialisé vit "une rupture technologique comme on n'en a jamais connue depuis longtemps", avec bientôt "des centaines de milliards d'objets qui seront connectés". Et, dans cet environnement économique, "je pense qu'on est dans une phase d'investissement à l'échelle mondiale", a-t-il ajouté.

Sylvie Spalmacin-Toma, vice-présidente d'IBM, a rappelé que son entreprise américaine, qui a fêté ses 100 ans de présence en France, collaborait avec la Métropole Nice Côte d'Azur depuis plusieurs années. Les données informatiques "aujourd'hui sont une valeur, sont une ressource" pour les municipalités, a-t-elle rappelé, donnant en exemple les économies réalisées par des villes comme Besançon ou Madrid en matière d'énergie ou de collecte des déchets, grâce à l'optimisation de l'analyse des différentes données rassemblées. IBM, a-t-elle ajouté, analyse aussi "la masse de sentiments exprimés par les citoyens" sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook) pour en faire profiter les responsables et élus locaux.

Guy Maugis, président pour la France de l'entreprise allemande Bosch, premier équipementier automobile mondial, a expliqué que le but d'une entreprise innovante était "d'apporter des solutions à l'homme politique pour l'organisation de la cité". Dans le cadre des "villes intelligentes", Bosch mène des expériences et des actions sur les voitures sans pilote, les véhicules électriques, l'optimisation énergétique des bâtiments (via sa filiale ELM-Leblanc) et la vidéo-surveillance, utile à la police "pour mieux protéger la cité".

Directeur à ERDF, le réseau de distribution d'électricité en France, Jean-Christophe Delvallet a évoqué le projet Nice Grid, un "démonstrateur de quartier solaire intelligent" situé sur le territoire de Carros (Alpes-Maritimes), qui implique plusieurs centaines de clients résidentiels, professionnels et collectifs et "vise à étudier un concept de réseau électrique intelligent". ERDF travaille aussi, a-t-il dit, sur les nouveaux moyens de production d'énergie ("renouvelables et locaux") et les nouveaux modes de consommation (voitures électriques, objets connectés). Par exemple, tout est fait pour éviter que tous les possesseurs de voitures électriques ne rechargent leur véhicule en même temps.

Enfin Eric Leandri, cofondateur du moteur de recherche Qwant, a donné l'exemple de la start up française installée à la Métropole Nice Côte d'Azur qui est en pleine expansion. Qwant se veut, a-t-il expliqué, "un moteur de recherche européen (…) qui ne vous traque pas et qui respecte les législations européennes" en matière de confidentialité, contrairement à Google. La start up, qui embauche et connaît une croissance de 10 à 20%, a enregistré 1,4 milliard de requêtes cette année sur son moteur de recherche et vient de signer un accord avec le groupe de presse Axel Springer en Allemagne.

(ci-dessous les vidéos des interventions des différents participants)

 

Christian Estrosi était à Paris, mercredi 26, pour l'ouverture de l'antenne parisienne de la Métropole Nice Côte d'Azur.


Commentaires

-