Le luxe en difficulté: après la crise du coronavirus Trump menace de taxer le secteur

Le luxe en difficulté: après la crise du coronavirus Trump menace de taxer le secteur

Publié le 16/07/2020 à 10:30 - Mise à jour à 10:50
Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Les maisons françaises de luxe exportent plus de 90% de leurs articles, et la plupart de leur chiffre d'affaires vient de zones géographiques durement impactées par la pandémie. Le secteur a donc particulièrement souffert de la crise. Et malheureusement, en plus de ces difficultés arrivent les menaces du Président des Etats-Unis Donald Trump, qui évoque une taxe sur les produits de luxe français, pour faire pression sur la France dans le cadre des négociations sur la taxation des GAFAM.

Après la Chine, les Etats Unis sont un marché clé pour les marques de luxe Françaises

Dans le secteur du luxe, certains cabinets de conseil prévoient une baisse de 20% du chiffre d'affaires pour l'année 2020, en raison de la pandémie de Coronavirus. Selon le McKinsey China Luxury Report 2019,  35% des consommateurs d'articles de luxe sont chinois et 50% des ventes se font globalement en Asie.
Les clients américains constituent bien sûr eux aussi un marché stratégique. Le seul état de New-York représente un marché quasiment aussi important que l’Angleterre et l’Allemagne combinées .
La baisse des ventes en Asie, combinée à une taxe aux États-Unis seraient donc dramatiques pour le secteur du luxe, qui reste un des fleurons de l’économie française.

Après l'échec de la Fashion Week numérique, l'administration de Trump menace de taxer le luxe

Les marques de haute couture ont dû se réinventer ces dernières semaines pour présenter les quelques modèles conçus pendant le confinement. Les front rows ont été remplacées par des vidéos et bande annonces en ligne et accessibles à tout le monde, mais selon la critique  le format de fashion week numérique a plutôt été un échec. Le manque d'émotions et l'impossibilité de percevoir le ressenti dans la salle, n'aident pas les maisons de luxe à faire face à un marché en difficulté.
Et c'est sans compter sur l'administration Trump, qui menace de sanctionner la France si un accord n'était pas trouvé avant la fin de l'année concernant la taxation des GAFAM .
Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a déclaré lors d'une intervention en visioconférence avec Londres que les États-Unis "vont prendre des sanctions contre la France, sans les appliquer pour le moment, comme le fait la France pour la collecte de sa taxe (sur les géants du numérique)" Le montant de ces sanctions est conséquent: 25% de frais de douane supplémentaires seront appliqués à une série de produits, dont les produits cosmétiques, les sacs à main entre autres. Le champagne et le fromage sont épargnés.

Trump arrivera-t-il à dissuader la France de vouloir taxer les GAFAM?

La taxe sur le luxe est une version allégée d'une menace de Trump de surtaxer "jusqu'à 100%" l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, en réponse à la volonté de la France de taxer les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaires .
Le 10 juillet, le bureau du représentant américain au commerce a décidé d'imposer des droits de douane supplémentaires de 25 % sur les produits français d'une valeur commerciale de 1,3 milliard de dollars. L'application de ces droits de douane supplémentaires est suspendue pendant cent quatre-vingts jours. Cela donnera “plus de temps pour tenter de résoudre ce litige” qui se déroule au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
Selon Thierry Breton,  le commissaire européen au Marché intérieur,  “c’est une négociation qui va durer toute l'année 2020.. La négociation va se poursuivre”, a-t-il assuré sur le plateau de LCI, le 22 juin.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


ans le secteur du luxe, certains cabinets de conseil prévoient une baisse de 20% du chiffre d'affaires pour l'année 2020, en raison de la pandémie de Coronavirus

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-