Inflation: l'énergie et les services plombent l'ambiance

Inflation: l'énergie et les services plombent l'ambiance

Publié le 15/01/2020 à 11:05 - Mise à jour à 11:18
©Franck Lindeke/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
L’Insee publie ce mercredi l’indice des prix à la consommation de décembre. Ils font un bond de 1,5 % sur un an, particulièrement dans l’énergie et les services, tandis que la hausse des prix se poursuit dans l’alimentation et l'automobile.
 
0,8 % sur un an en octobre, 1 % en novembre… L’augmentation des prix à la consommation s’est encore accélérée en décembre: plus 1,5 % selon les résultats de l’Insee publiés ce mercredi. Le tabac, dont le prix n’a pas augmenté entre novembre et décembre, a subi une hausse de 15,3 % sur un an et bat donc des records. Sans le tabac, l’inflation sur décembre est de 1,2 % par rapport à la même période 2018. 
 
 
Energie et alimentation en hausse
 
La hausse des prix sur le dernier mois de l’année est d’abord imputable au secteur de l’énergie (+2,6 % en décembre par rapport à 2018), et en particulier aux produits pétroliers (+3,6). 
 
Les prix de l’alimentation, eux, continuent d’augmenter et si l’Insee parle de «stabilité de l’inflation», c’est qu’ils étaient déjà en hausse depuis plusieurs mois. A 2,1 % sur un an, le changement est surtout visible sur les étiquettes des produits frais, et notamment, pour décembre, des fruits (+1,7%), des légumes (+1,9%) et des poissons (+3,2%). 
 
Un autre secteur vient alourdir l’indice des prix à la consommation, celui des services. En effet, les transports, les communications et les loyers enregistrent des hausses non négligeables, de respectivement 2,6 %, 2,1 % et 0,8 %. La palme de la plus forte augmentation revient au transport routier de passagers, qui coûte 4,9 % plus cher aux usagers par rapport à décembre 2018. On pourrait penser à un effet grève, mais la hausse était déjà forte en novembre (4%). 
 
Produits manufacturés à la baisse
 
La seule ligne négative du tableau de l’Insee est celle des produits manufacturés, avec un tout petit -0,3 % sur un an. Les prix des produits de santé, ainsi que du secteur de l’habillement et de la chaussure, sont en effet en baisse de 1,9 % et 0,3 % - mais celle-ci était plus significative en novembre. 
 
Dans cette section, l’Insee relève notamment une nette accélération du prix des achats de voitures, à +1,2 %. 
 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


La hausse des prix est particulièrement sensible pour les produits pétroliers

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-