Louer plutôt que vendre, la nouvelle doctrine de gestion du patrimoine d’Etat

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Louer plutôt que vendre, la nouvelle doctrine de gestion du patrimoine d’Etat

Publié le 25/08/2020 à 08:31 - Mise à jour à 17:47
JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

L’Etat Français doit gérer un patrimoine immobilier conséquent. Aujourd’hui, les gestionnaires de cet immobilier d’Etat privilégient l’optimisation de ce parc immobilier

Dans la gestion de l’Etat, c’est un sujet souvent passé sous silence : la gestion du patrimoine immobilier de la nation. Il est évalué à plus de 66 milliards d’euros pour les 30.500 terrains et les plus de 191.000 bâtiment, le tout géré par la Direction de l’immobilier de l’Etat (DIE). Et le rapport d’activité pour l’année 2019 a été publié le 28 juillet dernier.

Une optimisation de la gestion immobilière de l’Etat

Force est de constater, qu’en matière de gestion, l’Etat souhaite désormais privilégier l’optimisation de sa gestion, plutôt que de vouloir vendre les bâtiments devenus inutiles. En d’autres termes, l’Etat préférerait désormais louer ces édifices, dont il n’a plus l’utilité, plutôt que de les céder définitivement. Pourtant en 2019, les ventes immobilières se sont chiffrées à 625 millions d’euros, une somme à relativiser au vu de la vente de l’Ilot saint Martin, valorisé à lui seul 450 millions d’euros.

Désormais, le bail emphytéotique (bail de très longue durée, le plus souvent pour 99 ans) reste la solution qui semble être privilégiée. Non seulement, cela permet à l’Etat de conserver la propriété de ces lieux sans en supporter les charges, mais dans les zones tendues sur le plan immobilier, le bail emphytéotique rapporte autant que la vente pure et simple. Et c’est le cas à Paris et dans sa région, qui concentre la grande majorité des édifices concernés.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


L'Hôtel Matignon, un des nombreux édifices du patrimoine immobilier de l'Etat

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-