Auto entrepreneur: quand l'ubérisation crée du rêve et des cauchemars

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Auto entrepreneur: quand l'ubérisation crée du rêve et des cauchemars

Publié le 10/02/2020 à 09:36 - Mise à jour à 09:53
Mark RALSTON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

La transformation digitale a multiplié les plateformes numériques de mise en relations. Et ces dernières sont à l’origine de la multiplication de la création d’auto ou de micro entreprises. Un rêve d'indépendance et de liberté qui pour certains se transforme en cauchemar.

Une grande partie des Français veut devenir entrepreneur. C'est ce que révêle bien des sondages. Il faut dire que l’"ubérisation" a multiplié les possibilités. Aujourd’hui de plus en plus de nouveaux métiers impliquent de devenir micro-entrepreneur pour pouvoir être exercé.

Se substituer aux chauffeurs de taxis pour transporter les usagers, livrer des repas à toute heure du jour et de la nuit, effectuer des tests de produits et/ou de services …. Les offres se multiplient. Et de plus en plus souvent, de grandes entreprises invitent les candidats à créer leur auto entreprise pour pouvoir commencer à travailler (et non plus être embauché).

A lire aussi: L'Union européenne veut donner plus de droits aux "travailleurs ubérisés"

Devenir chef d’entreprise, une décision lourde de conséquences

Ces plateformes numériques (Uber, Deliveroo, …) , qui mettent en relation les clients avec ces entrepreneurs d’un nouveau genre, ne signent donc plus de contrat de travail mais nouent des partenariats. Le nouveau micro-entrepreneur, ex auto-entrereneur ne bénéficie donc plus des droits sociaux d'employé: congés payés, sécurité sociale des salariés, retraite.

De la même manière, contrairement aux salariés, l’entrepreneur ne sera pas protégé des aléas pouvant perturber son activité. Une grève dans les transports publics et voilà une partie de sa clientèle du jour, qui disparait, sans qu’il puisse espérer un quelconque dédommagement.

 

Danger de cessation d'activité 

Et comme le plus souvent, ces entrepreneurs dépendent d’une seule plateforme numérique, le danger de la cessation d’activité peut arriver à tout moment.

Le rêve d'être chef d’entreprise en profitant de cette ubérisation de la société et de la "liberté" que cela offre se transforme ainsi souvent vite en cauchemar et devient un vrai problème social. A tel point que même aux Etats Unis, pays de la liberté, ce lien nouveau entre les entreprises et certains travailleurs indépendants a été requalifié en contrat de travail par la justice. Et quand on sait que les tendances américaines arrivent souvent quelques mois après sur le vieux continent, on peut alors supposer que cette même revendication devrait aboutir aux mêmes conséquences chez nous. 

A lire aussi: Les livreurs à vélo Uber Eats, Deliveroo et Foodora en grève cette semaine

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Des contestations de plus en plus fréquentes contre une ubérisation galopante !

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-