L'OL une machine à gagner ...des euros, pour le sport il faudra repasser

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

L'OL une machine à gagner ...des euros, pour le sport il faudra repasser

Publié le 14/11/2019 à 10:46
Philippe DESMAZES / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Les supporters de l’OL s’enthousiasment à l’évocation du parcours de leur club au début des années 2000. Aujourd’hui, ce sont les actionnaires et les investisseurs, qui se félicitent du parcours de l’OL, même si ce dernier n’a plus rien de sportif.

 

2000-2010, les passionnés du ballon rond se souviennent de l’âge d’or de l’Olympique Lyonnais. La première décennie du nouveau millénaire marque la consécration de l’OL sur le plan sportif. Non seulement, le club dirigé par Jean-Michel Aulas depuis 1987 règne sans conteste sur la scène hexagonale, mais il s’impose aussi dans l’esprit des plus grands d’Europe en devenant un acteur régulier de la Ligue des Champions. C’est au cours de cette période, que le club de foot de l’ancienne capitale des Gaules prend une autre dimension, avec son introduction en bourse (février 2007) mais aussi le lancement de son projet de grand stade.

Le stade des Lumières, devenu depuis le Groupama Stadium,  est inauguré en 2016 et marque le début d’une nouvelle ère de sérénité et surtout de prospérité pour l’OL, même si cette fois l’aura de l’OL est à rechercher sur un plan comptable plutôt que sur la pelouse.

 

Des résultats financiers à la hauteur d’un géant du football européen

En décidant d’investir pour devenir propriétaire de son stade, l’Olympique Lyonnais a initié un nouveau modèle économique pour les clubs de foot. Beaucoup craignaient de voir le club crouler sous un endettement colossal (le coût total de ce stade flambant neuf est estimé à 450 millions d’euros), alors que plus de deux saisons après son inauguration, le Groupama Stadium est devenu l’emblème d’une réussite économique, que tous les spécialistes s’accordent à souligner.

Il peut être fier Jean Michel Aulas de souligner un double record pour la dernière saison, avec un chiffre d’affaires de 309 millions d’euros mais aussi un excédent brut d’exploitation de 76.9 millions d’euros, de quoi faire pâlir bien d’autres clubs de l’Hexagone mais aussi de l’Europe.

L’Olympique Lyonnais n’a pas sombré sous les dettes, et le club a même consolidé sa situation économique avec une ambition affichée de porter le budget du club à 400 millions d’euros d’ici 2024. Fierté de l’équipe dirigeante, le centre de formation représente une autre manne pour les finances du club, même si l’OL veut aussi s’en servir pour convertir cette nouvelle dimension économique en un nouvel âge d’or du ballon rond sur les berges du Rhône.

Car c’est le paradoxe, alors que tous les voyants sont au vert sur un plan financier, les résultats sportifs eux ne sont pas à la hauteur des ambitions du club.  Une 14ème place bien décevante en championnat de France, un parcours chaotique en Ligue des Champions de l’UEFA,    et voilà le projet sportif imaginé par Jean-Michel Aulas remis en cause.  Le retour de l’enfant prodige, Juninho, joueur de l’OL de 2001 à 2009, en tant que directeur sportif, l’éviction de deux entraineurs (Bruno Génésio et Sylvinho) en quelques mois, … n’auront pas suffi à relancer l’OL sur un plan sportif.

En revanche, le groupe OL, lui, garde le sourire, avec la livraison récente d’un immeuble, Les Loges, qui doit conforter l’offre de services promise par l’OL City. Car au-delà du stade, c’est bien un écosystème que le club entend créer et développer, et l’annonce de la création d’une prochaine salle de spectacle au cœur même de cet univers OL renforce les promesses d’une telle stratégie. Il reste donc juste à savoir si cette embellie économique aura des répercussions sur un plan purement sportif pour le club ?

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les supporters de l'OL, des passionnés de foot ou des investisseurs avertis ?

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-