Peut-on se constituer un capital et faire fructifier son épargne en étant éthique et responsable ?

Peut-on se constituer un capital et faire fructifier son épargne en étant éthique et responsable ?

Publié le :

Jeudi 10 Octobre 2019 - 09:25

Mise à jour :

Jeudi 10 Octobre 2019 - 10:11
©Fadel Senna/AFP
PARTAGER :

France-Soir

-A +A

Puisque les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir concrétiser leur engagement écologique notamment, de nouveaux placements se font jour. Il s’agit de permettre à chacun de soutenir une cause d’intérêt général en proposant des placements labelisés.

En septembre 2018, l’institut IPSOS avait interrogé les investisseurs français. 6 Français sur 10 avaient souligné que les impacts environnementaux et sociaux étaient jugés « importants » ou « très importants » dans leur décision de placement. 63 % des épargnants considèrent donc l’épargne verte comme attrayante, alors qu’ils n’étaient que 50 % en 2013. Et cette prise de conscience continue de se généraliser, puisqu’un sondage IPSOS – Sopra Steria publié le 16 septembre 2019, souligne que la protection de l’environnement est devenue l’enjeu préoccupant le plus les Français à titre personnel, devant la défense du système social.

L’investissement éthique, l’épargne au service de l’engagement citoyen

Si la prise de conscience est incontestable, les faits, eux, peinent à traduire cette dernière. En effet, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a publié une étude, en juin 2019, soulignant que seuls 22 % des épargnants connaissaient l’épargne verte.  C’est tout l’intérêt des investissements éthiques, qui sont désormais accessibles aux épargnants français.

A ce jour, les autorités mettent en avant trois labels distincts, afin d’aider chacun à se repérer. Le label ISR concerne les placements, tentant de concilier performance économique avec l’impact environnemental et social. C’est l’investissement privilégié pour soutenir le développement durable.

Le label Finansol permet d’investir dans des placements “à forte utilité sociale, comme la lutte contre l’exclusion, le soutien aux populations fragiles…”. C’est l’investissement idéal pour les épargnants souhaitant s’engager dans la solidarité.

 

A lire aussi : Comment placer son argent en épargne ?

 

L’épargne verte, quels placements pour quels bénéfices ?

Le label Greenfin est le troisième label de ces investissements éthiques, défendus par le gouvernement mais aussi de plus en plus soutenus par les établissements financiers. Label exigeant, imposant des pratiques transparentes et durables et excluant automatiquement les entreprises œuvrant dans le domaine des énergies fossiles et dans le nucléaire, Greenfin reste un dispositif jeune. Avec deux ans d’existence en moyenne pour les fonds concernés, il est difficile de dégager une tendance, bien que les premiers résultats soulignent des bénéfices légèrement supérieurs aux placements plus conventionnels. Créé en 2015 à l’occasion de la COOP 21 , le label Greenfin devrait bénéficier des effets de la loi Pacte. Cette dernière prévoit en effet, que dès 2020, tous les contrats d’assurance-vie devront se composer d’au moins un fonds labelisé ISR, et dès 2022 d’élargir cette obligation aux 3 labels concernés. Comme quoi, l’épargne verte est appelée à se généraliser et à répondre ainsi aux aspirations des Français.

Investir en marquant son engagement écologique ou autre !L'investissement éthique

Commentaires

-