Portage salarial : un contrat pour se lancer dans la voie de l’indépendance

Portage salarial : un contrat pour se lancer dans la voie de l’indépendance

Publié le :

Mercredi 13 Novembre 2019 - 15:50

Mise à jour :

Mercredi 13 Novembre 2019 - 15:50
©Axelle B/ Public Domain
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Devenir free-lance est une ambition pour un grand nombre d’actifs, mais franchir le pas séparant le salariat de l’indépendance peut en effrayer plus d’un. Le portage salarial représente alors une alternative séduisante pouvant apporter une réponse adaptée.

De plus en plus de salariés mais aussi d’étudiants envisagent aujourd’hui de créer leur entreprise. Avec l’avènement du digital dans notre quotidien mais aussi la transformation du marché du travail, devenir indépendant est devenu une réelle opportunité. Entre la volonté de s’extirper d’une relation classique Employeur – employé et la crainte des démarches administratives liées au statut de free-lance ou d’indépendant, le portage salarial s’est hissé comme une alternative bénéfique dans bien des situations.

Le portage salarial, une nouvelle relation de travail pour développer son activité

 

Le portage salarial se définit comme un contrat tripartite entre :

  • Le porteur du projet, qui souhaite intervenir auprès de clients pour leur faire bénéficier de son expérience et/ou de son expertise. Une très grande majorité des projets concerne des prestations de consultation, d’audit ou de conseil.
  • Les clients (il s’agit essentiellement d’entreprises, mais les particuliers peuvent également être ciblés) sont à la recherche des prestations proposées par le consultant concerné.
  • L’entreprise de portage salarial s’occupe de la gestion administrative, juridique, sociale et fiscale du dossier. Toutes les contraintes administratives sont gérées par cette dernière.

 

Les avantages du portage salarial, un tremplin vers la voie de l’indépendance

Le candidat bénéficie donc d’un statut de salarié pendant toute la durée de sa mission. Ses droits à la formation, à l’assurance chômage, à la sécurité sociale, …, sont ainsi préservés dans les mêmes conditions que tout autre salarié du secteur privé. Il ne connait donc pas les craintes d’un free-lance, qui doit, outre son activité, s’occuper de la gestion administrative de son activité.

De cet avantage majeur du portage salarial découle pour le consultant une certaine sérénité mais aussi et surtout la possibilité pour lui de se concentrer exclusivement sur son cœur de métier. Le temps administratif dégagé peut ainsi être utilisé pour de la prospection commerciale ou pour terminer une mission déjà entamée.

A l’inverse du salariat conventionnel, le portage salarial impose au consultant de rechercher lui-même ses futurs clients. Il est salarié le temps de la mission auprès de son client, à charge pour lui de trouver un autre contrat pour continuer à bénéficier de ce statut.

Si le portage salarial offre tous les atouts de l’indépendance (liberté, pas de hiérarchie directe, possibilité de définir sa propre stratégie, …) sans les contraintes (stress de l’administratif, casse-tête du  respect des règles fiscales notamment, …), il représente aussi un coût. En effet, lorsque le salarié porté facture le coût de son intervention à son client, il doit, comme tout autre salarié, soustraire les charges sociales et patronales. Mais il doit aussi rémunérer l’entreprise de portage salarial pour son action, et ces frais de portage s’élèvent aujourd’hui alors entre 5 et 8.5 % en général. Une somme, que le consultant ne peut pas reporter sur ses tarifs sous peine de se voir distancer par des concurrents 100 % indépendants. Et c’est peut-être ce qui pousse une part non négligeable de ces salariés portés à franchir le pas en devenant free-lance.

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


Indépendant ou portage salarial, la nouvelle façon de travailler ?

Fil d'actualités




Commentaires

-