Manifestation des agriculteurs: la violence sème le trouble en Bretagne

Ca chauffe!

Manifestation des agriculteurs: la violence sème le trouble en Bretagne

Publié le :

Vendredi 03 Juillet 2015 - 10:06

Mise à jour :

Vendredi 03 Juillet 2015 - 10:27
Les agriculteurs étaient appelés à se réunir dans plusieurs villes de France dans la nuit de jeudi à vendredi pour manifester contre des charges devenues trop lourdes et la chute des prix de leurs productions, mais certains manifestants ont dérapé en Bretagne.
©Fred Scheiber/Sipa
PARTAGER :

Auteur : B. Azaïs

-A +A

Ils l’ont appelée "la nuit de l’élevage en détresse". Dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs centaines de producteurs laitiers et d’éleveurs de bovins ont manifesté dans certaines villes de France, contre une "politique de désirrigation", des charges devenues trop lourdes et la chute des prix de leurs productions. Accompagnés par la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA), les éleveurs ont levé le point contre le prix actuel de la viande qui ne leur permettrait plus de couvrir leurs coûts de production. FNSEA a estimé la perte salariale annuelle à 12.000 euros pour un producteur de viande. Xavier Beulin, président de la FNSEA, avait rejoint l’un des plus importants rassemblements à Saint-Brieuc en Bretagne.

Les agriculteurs dérapent à Quimper

De même que son confrère Thierry Merret, faisait partie de la manifestation qui a dégénéré devant la Préfecture du Finistère à Quimper: "il faut qu’ils tremblent, qu’ils aient peur. Il n'y a que par la peur qu’on y arrivera. Vous savez être suffisamment créatifs, imaginatifs, pour que demain on soit encore vivant et fiers d’être paysans" , a-t-il scandé. Il n’en fallu pas plus aux 300 manifestants pour affirmer leur position avec davantage de rigueur qu’ils ne le faisaient depuis quelques heures. Ainsi, les esprits se sont échauffés, conduisant certains manifestants à renverser une voiture de police, à saccager un supermarché Lidl, ou à lancer des grenades lacrymogènes. L’usine Entremont a également été vandalisée, des feux ont été allumés sur les routes et les ronds-points. "On va dans le mur, je ne supporte plus ce malaise. Pour les jeunes c’est de la colère, moi j’ai de la tristesse. Moi je ne suis pas casseur mais il faut bien qu’on se mobilise pour se faire reconnaître" , a déclaré l’un des témoins de cette manifestation scellée par la violence.

Les débordements qui ont marqué la manifestation des chauffeurs de taxi contre les VTC et UberPop le 24 juin, auraient-ils influencé celle des agriculteurs en leur démontrant que la violence était la seule sonnette d’alarme pour se faire entendre ?

Auteur : B. Azaïs

La gendarmerie coordonne la manifestation des agriculteurs à Sivens

Commentaires

-