2014, année la plus chaude jamais enregistrée

2014, année la plus chaude jamais enregistrée

Publié le :

Samedi 17 Janvier 2015 - 17:07

Mise à jour :

Samedi 17 Janvier 2015 - 17:15
L'année 2014 a été la plus chaude depuis l'instauration des relevés météo. Une hausse exceptionnelle due à l'activité humaine, et qui -si elle se poursuit- aurait des conséquences désastreuses dans les décennies à venir.
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :
-A +A

La planète a de la fièvre. Le record prévu dès la fin de l'année 2014 a été confirmé vendredi 16. L'année 2014 est la plus chaude qu'ait connue la terre depuis le début des relevés de températures en 1880. L'information vient de l'agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Elle arrive aux mêmes conclusions que la NASA, l'agence spatiale américaine.

Par rapport à l'ensemble du XXe siècle, la température au sol et sur les océans a augmenté de 0,69 degrés. Un changement qui touche aussi bien les régions froides que tropicales du globe. Témoignage du réchauffement climatique, les deux précédents records dataient de 2005 et 2010. Cette hausse s'est notamment fait ressentir durant le mois de décembre avec des températures supérieures de 0,77 degrés à la moyenne.

La France a été particulièrement concernée. En 2014, le mercure a dépassé de 1,2 degré la moyenne établie entre 1981 et 2010. Soit une température moyenne sur l'année de 13,8 degrés dans l'Hexagone.

Régulièrement, des années particulièrement chaudes surviennent naturellement (tous les sept ans environ). Cela en raison de l'apparition ponctuelle dans l'Océan Pacifique du courant chaud baptisé "El niño" ("l'enfant" en espagnol). Or, il n'est pas apparu en 2014. La réponse se trouve donc sans surprise du côté des gaz à effet de serre.

Alors que le nombre de réfugiés climatiques –les personnes ayant dû fuir leurs foyers temporairement ou définitivement en raison de changements environnementaux– se comptent en dizaines de millions, les experts tirent une nouvelle fois la sonnette d'alarme.

D'ici la fin du XXIe siècle, si rien n'est fait, la température du globe pourrait augmenter de plus de quatre degrés. Or, les scientifiques estiment que dès deux degrés d'augmentation, la situation serait déjà catastrophique pour la biodiversité comme pour l'homme, avec notamment la montée des eaux et des phénomènes climatiques de plus en plus dévastateurs. 

 

Selon les experts, il reste peu de temps pour limiter les conséquences catastrophiques du réchauffement climatique.


Commentaires

-