Antarctique: 150.000 manchots d'Adélie morts à cause d'un iceberg géant

Antarctique: 150.000 manchots d'Adélie morts à cause d'un iceberg géant

Publié le :

Dimanche 14 Février 2016 - 17:28

Mise à jour :

Dimanche 14 Février 2016 - 17:41
©Kazuhiro Nogi / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En Antarctique, 150.000 manchots d'Adélie sont morts de faim après qu'un iceberg géant s'est échoué près de leur colonie, créant une banquise côtière qui a compliqué leur accès à la nourriture. Et, à moins que l'iceberg ne bouge ou que la banquise ne se disloque, leur colonie pourrait être complètement éradiquée dans les 20 prochaines années.

En Antarctique, des manchots d'Adélie sont menacés de disparition. Ces dernières années, 150.000 d'entre eux ont trouvé la mort après qu'un iceberg "de la taille de la ville de Rome" s'est échoué près de leur colonie, compliquant leur accès à la nourriture, révèlent des chercheurs australiens et néo-zélandais dans le journal Antartic Science.

La colonie vit sur le cap Denison, un cap rocheux situé en baie du Commonwealth, dans l'est de l'Antarctique.  Dénombrée en février 2011 à environ 160.000 manchots, elle n'en compte aujourd'hui plus que 10.000, notent les chercheurs.

Car, en décembre 2010, l'iceberg B09B, d'une superficie de 100 kilomètres carrés, s'est échoué en baie du Commonwealth, créant une banquise côtière. "L'arrivée de l'iceberg dans la baie du Commonwealth, puis l'expansion de la glace a dramatiquement allongé la distance que les manchots d'Adélie devaient parcourir pour chercher de la nourriture", expliquent les chercheurs dans leur enquête, relayée par The Guardian. Au total, les sphéniscidés devaient ainsi parcourir 60 km de plus pour rejoindre l'océan.

Aussi, à moins que l'iceberg ne bouge ou que la banquise côtière ne se disloque, la population du Cap Denison pourrait être éradiquée dans les 20 prochaines années, préviennent les chercheurs. Car contrairement à une banquise de mer, la banquise côtière ne dérive pas et peut atteindre une épaisseur considérable.

Lors du recensement réalisé en décembre 2013 dans la colonie, les scientifiques ont observé des "centaines d'oeufs abandonnés". "Le sol était jonché des carcasses desséchées par le froid des poussins de la saison précédente. Il y règne désormais un silence inquiétant",  a déclaré au Sydney Morning Herald  Chris Turney, chercheur l'UNSW et chef de l'expédition de 2013. Les manchots "que l'on voit au cap Denison sont incroyablement dociles, léthargiques, comme inconscients de notre existence. Ceux qui survivent sont clairement en train de lutter. Pas sûr qu'ils survivent eux-mêmes, donc difficile d'imaginer qu'ils soient capables de faire éclore la prochaine génération", poursuit-il, avant de conclure: "voir ça vous brise le coeur" .

D'après deux études parues en 2014, les manchots d’Adélie sont directement menacés par le changement climatique et la fonte des glaces, qui engendre la formation d'icebergs géants.

 

Les manchots d’Adélie sont directement menacés par le changement climatique et la fonte des glaces.

Commentaires

-